Arts

4e édition du festival d’histoire de l’art de Fontainebleau

4e édition du festival d’histoire de l’art de Fontainebleau

09 juin 2014 | PAR Sandra Bernard

Pour la quatrième année consécutive, la ville et le domaine de Fontainebleau ont accueilli le festival de l’histoire de l’art. Ce grand festival réunit depuis 2011 le grand public, étudiants et spécialistes pour des conférences, des débats, des expositions et des animations en rapport avec un thème et un pays invité. Cette année, le thème, à la fois universel et intemporel, était « collectionner » et le pays invité, la Suisse.

Sous un temps (presque toujours) radieux, le festival a réuni plus de 30 000 visiteurs et participants tout au long de ces trois jours. Des conférences grand public ou très pointues se sont succédées dans les magnifiques salles du château, mais également dans plusieurs autres hauts lieux de la ville, comme le théâtre de l’Ane-vert ou l’école des mines. Il était ainsi possible de se renseigner sur des questions muséales très actuelles : « Period rooms et salles historiques, une spécialité du Musée national suisse », « La collection muséale à l’ère numérique : le vertige du nombre », de découvrir la face méconnue d’artistes et d’écrivains : « Rodin, un artiste collectionneur face à ses contemporains », « Les collections d’écrivains. Carte Blanche à la Société des Études Romantisques et Dix-Neuviémistes » ou encore de se questionner sur l’initiation à l’art : « Le musée à l’école : « Voir, c’est savoir » », « L’enseignement de l’histoire de l’art dans le contexte du « multi-kulti » suisse ».

Le cinéma de l’Ermitage, tout proche, proposait un belle sélection de courts métrages (Cet obscur objet du désir, la naissance de Vénus de Botticelli) et de documentaires ou encore des films d’animations poétiques comme Le tableau de Jean-François Laguionie ou encore le film Le Portrait de Dorian Gray (The Picture of Dorian Gray) d’Albert Lewin datant de 1945. Plusieurs courts métrages étaient également en compétition. Cette année ont été récompensés La collection de Judicael de Corinne Garfin par le « Prix Jeune critique ». Les lauréats du « Prix Art & Camera 2014 » sont Christof Schäfer et Janos Tedeschi avec La Jeune Fille et la Mort.

Il était également possible de visiter des lieux jamais ou rarement ouverts au public, seul ou avec un conférencier. Tout à fait dans le thème collectionner de l’année, le musée chinois de l’impératrice Eugénie a rencontré un vif succès. Le thème de la collection a également inspiré les plus jeunes, puisqu’un impressionnant cabinet de curiosités réalisé par des enfants a pris place dans une des salles du château.

Autre point fort, le salon du livre permettait de rencontrer auteurs et éditeurs de beaux livres et de repartir avec des ouvrages neufs proposés à un prix défiant toute concurrence.

Que serait un festival sans musique ? Pour rester dans le thème de la Suisse, chaque journée s’est achevée sur un concert de cors des Alpes, surprenant et dépaysant. Dans un registre plus classique, les amateurs de jazz ou de musique classique ont été comblés à de multiples reprises.

Côté orientation, de nombreux médiateurs étaient présents toute la journée aux alentours des manifestations pour guider et renseigner les visiteurs.

Visuels : Affiche de l’exposition + photographies © Sandra BERNARD

Infos pratiques

Rencontre avec Marie Enthoven réalisatrice de « Taxistop », un court métrage qui nous fait rire du « compromis » à la Belge
[Intermittents] Bruno Paternot : « La seule chose qui nous reste c’est le blocage »
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *