Actu

Retour sur la mort de Nilda Fernández, célèbre chanteur franco-espagnol

Retour sur la mort de Nilda Fernández, célèbre chanteur franco-espagnol

22 mai 2019 | PAR Carole Marchand

Le célèbre interprète de Nos Fiançailles et Madrid Madrid est décédé ce dimanche d’une insuffisance cardiaque, comme l’a indiqué le communiqué transmis par sa famille, à l’âge de 61 ans. 

On se souviendra d’un voyageur à la folle passion artistique, qui se nourrissait de ses rencontres pour écrire et partageait son amour de l’Espagne et de la France dans ses chansons. À l’époque il disait « je serai artiste jusqu’à ma mort » , et c’est ce qu’il s’est passé. Né le 25 octobre 1957, en Espagne, Nilda Fernandez sort son tout premier album Le Bonheur comptant en 1981 sous son vrai nom Daniel Fernandez qui, salué par le public et les critiques, lui ouvre une carrière en Espagne puis en France. Il ne connait le succès qu’à partir de 1987, ou le fameux titre  Madrid Madrid  devient rapidement un tube.

 

Il confirme alors sa popularité en 1991, à la sortie de son nouveau tube Nos fiançailles, nommé cinq fois aux Victoires de la musique où il remporte le trophée du « Meilleur espoir masculin » en 1992.

Un artiste voyageur

Nilda Fernández avait un besoin constant de voyager pour s’adonner à des rencontres musicales inédites, pour apporter des images et des ambiances venues d’ailleurs dans ses chansons, ses textes. Les musiques d’Amérique Latine, notamment inspirées de Cuba où il collabora avec des interprètes de musiques traditionnelles , danseurs et circassiens, se retrouvaient souvent dans ses compositions. Il rendait compte de ses voyages à travers des carnets de routes qui lui inspirèrent son livre Les Chants du monde, carnet de notes, publié en 2007. Il alternera poésie, écriture et scène jusqu’à la fin de vie, pour finalement atterrir en France, années durant lesquelles il ne sortira que des compilations sur internet. 

La rédaction de Toute la culture avait eu la chance d’assister à l’un de ses concerts à l’Elysée Montmartre ( chronique à retrouver ici

 

Visuels ©Joël Thibault Creative Commons BY-SA 4.0 

 

 

 

Cannes 2019, Quinzaine des réalisateurs : « Wounds » de Babak Anvari, des frissons modérés à New Orleans
Chevauchée wagnérienne à Bordeaux
Carole Marchand

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *