Actu
Quand imaginaires et plaisirs féministes se libèrent

Quand imaginaires et plaisirs féministes se libèrent

04 mars 2021 | PAR Lise Ripoche

A l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes aura lieu la dernière conférence du cycle « Le féminisme n’a jamais tué personne ». Celle-ci abordera, à l’aune des nouvelles pratiques militantes et de ses modes de diffusion, la question de l’empowerment par la libération des imaginaires et des plaisirs au féminin. 

 

Depuis le début de l’année 2021, la BPI et le Centre Pompidou organisent régulièrement des conférences sur les thèmes féministes actuels, sous l’impulsion de cette génération militante post « Me too ». L’intention est claire; il s’agit d’accompagner et de soutenir la libération de la parole, aussi bien celle qui concerne les violences que celle qui consiste à lever le tabou autour de sujets tels que la masturbation féminine, les fantasmes, la sexualité, l’anatomie. Donner la parole aux femmes, laisser s’exprimer la pluralité des désirs permettrait aussi de comprendre en quoi l’existence de ces discours est nécessaire à la libération.

Animée par Charlotte Bienaimé, productrice du désormais célèbre podcast Un podcast à soi, la discussion réunira des journalistes, des réalisatrices, des essayistes et des autrices qui échangeront sur le thème des « imaginaires et des plaisirs » féministes, participant ainsi à décentraliser les discours qui encadrent et circonscrivent une sexualité encore largement phallocentrée. Elvire Duvelle-Charles, journaliste, réalisatrice et activiste féministe, co-autrice du compte Instagram Clit Révolution, Fania Noël, essayiste, militante afro-féministe, Ph.D candidate en sociologie à The New School for social research (New York) et Elise Thiébaut, autrice de Ceci est mon sang (La Découverte, 2017) et Mes ancêtres les Gauloises (La Découverte, 2019) engageront donc une discussion, qui pourra être suivie en ligne, sur la page Facebook de la BPI, à 18h30. 

 

crédit: affiche officielle du cycle de conférences 

NTM « La DER » : les boss du rap français tirent leur révérence à l’AccorHotel Arena !
[Berlinale 2021, Forum] « Juste un mouvement » : évocation d’une vie de révolutionnaire, à la forme très ouverte
Lise Ripoche

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture