Actu

Constance Debré et Eric Reinhardt reçoivent le prix littéraire des Inrocks

18 novembre 2020 | PAR Mahaut Adam

Ce mardi, plusieurs récompenses ont été remises lors de la première édition du prix littéraire du magazine Les Inrockuptibles. La romancière Constance Debré et l’écrivain Eric Reinhardt ont été recompensés ex aequo.

C’est la toute première édition du prix littéraire des Inrockuptibles, parrainée par le réalisateur Christophe Honoré. Ce mardi, le magazine a couronné les romans de Constance Debré Love Me Tender (Flammarion) et d’Eric Reinhardt Comédies françaises (Gallimard).

 

Love Me Tender de Constance Debré

La romancière Constance Debré, avocate de profession, diplômée de l’ESSEC, quitte son mari, son fils et son job pour vivre avec une femme et mener sa carrière d’écrivain. En 2018, elle écrit Play Boy, qui raconte sa transition d’avocate aux cheveux longs à écrivaine et lesbienne aux cheveux courts. L’écriture froide, directe de ce roman, raconte l’ennui de la routine, la découverte d’une autre façon d’aimer, d’une autre identité, plus complexe, plus réelle. 

Love Me Tender suit les pas de Play Boy et se pose la question de l’amour, sous toutes ses formes. A 48ans, Constance Debré perd la garde de son fils et s’interroge sur les modalités et les possibilités de l’amour maternel. Une écriture crue, nerveuse, parfois violente même, mais une écriture réaliste.

 

Comédies françaises de Eric Reinhardt

Eric Reinhardt, lui, invente l’existence d’une jeune reporter de vingt-sept ans, Dimitri, qui se lance un jour sur une enquête sur la naissance d’Internet. Il tombe alors sur une invention d’ingénieurs télécoms français qui aurait pu permettre la création du grand Internet mais qui fut brusquement interrompu par les pouvoirs publics en 1974… Très vite, l’enquête de Dimitri l’oriente vers un puissant industriel, un personnage énigmatique et amer, qui lui permet de faire le portrait terrifiant du pouvoir des lobbies en France.

Cette histoire fut inspirée de l’histoire vraie de Louis Pouzin, qui avait conçu la transmission de données électroniques par paquets, le datagramme, avant que ce ne soit interrompu en 1975. Un « instant décisif » où le destin dévie qui fascine le romancier Eric Reinhardt. L’écriture est à la fois directe et mystérieuse, souple et littéraire. Pour en savoir plus, c’est ici.

 

Les autres récompenses

Le magazine des Inrockuptibles ont également récompensés d’autres romans, dont le récit étranger Mon père et ma mère de l’auteur israélien Aharon Appelfeld, mort en 2018 (Editions de l’Olivier). Le prix du récit littéraire revient à Fatima Daas pour son autobiographie La Petite Dernière (Les éditions Noir sur blanc), un récit sur une jeune musulmane homosexuelle.

Le prix de l’essai est décerné à Sandra Lucbert pour Personne ne sort les fusils (Sueil), qui s’intéresse au procès du harcèlement moral à France Télécom.

Enfin, le prix de la bande dessiné est remis à Florence Dupré la Tour pour Pucelle (Dargaud). Une BD toute en couleur sur l’enfance et la découverte effrayante de la sexualité.

 

 

CONSTANCE DEBRE, Love Me Tender, Flammarion, Parution : 08-01-2020

ÉRIC REINHARDT, Comédies françaises Collection Blanche, Gallimard Parution : 20-08-2020

Visuel : © Laeticia

Jérôme Touron, suites colorées : un univers artistique ponctué d’œuvres d’artistes de différentes générations
L’agenda cinéma et écrans de la semaine du 18 novembre
Mahaut Adam

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *