Galerie
Jérôme Touron, suites colorées : un univers artistique ponctué d’œuvres d’artistes de différentes générations

Jérôme Touron, suites colorées : un univers artistique ponctué d’œuvres d’artistes de différentes générations

18 novembre 2020 | PAR Pauline Lisowski

L’œuvre de Jérôme Touron est dense en fils conducteurs à démêler et révèle au fur et à mesure de son exploration les relations entre ses différentes créations, bien souvent en série. L’artiste a d’abord élu la couleur orange, celle des chantiers comme privilégiée. Les objets qui rouillent, les matériaux de construction et de réparation qu’il récoltait constituaient ses supports de création et ses outils de sculpture.

Pour cette exposition, Brigitte Negrier crée un dialogue visuel entre ses œuvres et celles d’autres artistes qu’elle représente. Certains ont conçu une pièce spécifique en hommage à cet artiste qu’elle soutient depuis de nombreuses années.
Un mur est consacré aux ciels qu’il a traité avec des matériaux de construction tout en gardant un esprit joueur. Ses ciels portatifs, Boîtes-Ciels, sont des boites où des aimants colorés suggèrent des constellations. Ces œuvres rejoignent son goût pour l’utilisation des matières usuelles et les objets du quotidien. Une photographie de Richard Muller entre en relation avec ces ensembles et dévoile des traces d’étoiles, un dessin capté par l’outil, avec un subtil décalage par rapport au sujet.
Chez Jérôme Touron, la sculpture tend à devenir élément ou mobilier qui s’intègre dans l’architecture. Certaines comme Multipass Miam invitent également à être manipulées. D’autres en plâtre sont supports de ses billes d’enfant. Celles-ci suscitent notre envie de les déplacer et de les faire rouler.

L’artiste désacralise l’œuvre d’art et dépasse les codes de l’art construit. Si un certain minimalisme se remarque, il y a dans ses œuvres, une subtilité, le travail du temps qui modifie les éléments.

À la suite de ses expérimentations à partir des éléments transparents, il utilisa les scotchs colorés pour élaborer une collection de nuances. Celles-ci se révèlent dans sa série Bi-triptyque, exposée actuellement à la galerie. Il composait ses œuvres avec une attention aux effets qu’elles peuvent produire sur notre regard et dans l’espace. Land (jt) orange-blanc de Dominique Dehais, œuvre bicolore, telle une boîte fixée au mur, entre en dialogue avec la couleur fétiche des débuts de l’artiste. Chez lui, la couleur constitue l’espace de nos libres choix. Les œuvres entre le volume et la peinture de Soo-Kyoung Lee jouent elles sur les effets d’optiques de la couleur et nous invitent à nous déplacer pour les percevoir.
Les formats rectangulaires et carrés se retrouvent dans les travaux de l’artiste ici dévoilés. Sa série Pattern, créée à partir de fils de métal qui rouille, compose une structure accueillant des facettes jaunes. La couleur se diffracte dans ce volume ouvert et se diffuse dans les faces vides. L’œuvre, forme géométrique composée de branches en découpe sétacryl de Soizic Stokvis ajoute un éclat lumineux et suggère des éléments architecturaux. Le fil de métal rappelle le goût pour le bricolage de Jérôme Touron et l’amena également à construire des chaises miniatures. Il en a réalisé une multitude qui avaient trouvé leur place il y a quelques années dans la galerie. Comme des accroches visuelles, l’œuvre de Marcela Gomez fait écho aux lignes et aux matériaux utilisés par l’artiste tandis que la peinture Œdipe à Colonne 2 de Frédéric Coché présente des couleurs éclatantes ainsi que des assemblages en équilibre, clin d’œil aux associations de formes colorées de l’artiste ici à l’honneur.

Pour accentuer l’esprit joueur de Jérôme Touron, des pièces, réalisées dans des couvercles de boîtes de Marie-Amelie Porcher©yvette et paulette, se glissent parmi la collection de ses petites œuvres sur papier, 46 Images. Ces personnages semblables à des figurines, font écho aux sculptures manipulables de cet artiste. Sa collection de compositions sur papier renvoie à des images, à des cartes et crée un ensemble de variations d’écritures, d’associations colorées.

Jérôme Touron a toujours cherché des manières d’appréhender de plus en plus finement la couleur et la temporalité propre aux matières qu’il employait. L’esprit de la collection et la multitude de petits formats créent l’impression de grandeur et de rythmes de formes dans l’espace. Cette exposition propose un cheminement à travers différentes gammes colorées, où se côtoient l’aspect brut de matériaux et un goût pour l’expérience sensible qu’ils impliquent.

Galerie La Ferronnerie, Brigitte Negrier, Paris, Jusqu’au 20 décembre 2020. À voir depuis la rue, et sur les réseaux pendant le confinement.

Jérôme Touron, 6 Trouble bois, 2019, adhésif sur bois
Soizic Stovkis, Motif jaune, 2019, découpe sétacryl, 32 x 21×3 cm
Jérôme Touron, Trouble, 2017, adhésif sur papier, 30 x 21,5 c

Marie-Amélie Porcher ©yvette et paulette, Les chevauchées fantastiques 2019-20
AAssemblages de jeux en plastiques, couvercle métallique
– vélo et indien à paillettes
– girafe et cycliste
Assemblages de jeux en plastique soclés chêne
a) cheval bleu et cycliste b) cheval à vélo c) émeu et cyclist a d) émeu et cyclist b

Jérôme Touron, 3 Séries bi-tryptique, 3 éléments, 2005-07,adhésif, acrylique, verre, métal

Jérôme Touron, Boîtes-Ciels, 2015, métal, acrylique, aimants, dimensions variables

Dehais 20 Land JT
Dominique Dehais, Land (jt) orange-blanc, 2020, laque/Chêne, 44x58x6 cm

Frédéric Coché 20 oedipe a colonne 2
Frédéric Coché, Œdipe à Colonne 2, 2020, huile sur toile, 24×33 cm

J Touron 19 Billes rg blu
Jérôme Touron, Billes 3 (j,b,r) 2019, plâtre / 3 billes, 13 x 18,5 x 5 cm

J Touron 20 Images accr gal SuitesC
Jérôme Touron, 46 Images, 2017-18, mixed media/papier, 10,5 x 7,5 cm

Marcela Gomez 20 JT 4 elements
Marcela Gomez, J.T, 2020, 4 éléments, mixed media/bois, 4x(16x16x1,3 cm)

Soo-Kyoung Lee 20 OS 2 g
Soo-Kyong Lee, OS 2, 2020, acrylique sur bois, 16 x 16 x 3 cm

Copyright : galerie La Ferronnerie, Brigitte Negrier, Paris

Jessie Burton : « Ce que mon livre peut apporter à un lecteur est quelque chose dont je suis très fière ».
Constance Debré et Eric Reinhardt reçoivent le prix littéraire des Inrocks
Pauline Lisowski

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *