Politique culturelle
Nice pourrait raser son théâtre…

Nice pourrait raser son théâtre…

28 janvier 2020 | PAR Zoé David Rigot

Pour continuer le projet de la coulée verte la promenade du Paillon, Christian Estrosi déclare lors de son premier meeting pour sa candidature à un troisième mandat aux municipales de Nice qu’il souhaite raser le théâtre et l’Acropolis.

Le projet de la coulée verte a déjà demandé beaucoup d’énergie, et coûté beaucoup d’argent. En effet, la mise en place de l’espace vert inauguré fin 2013 sur 1,2 km de long avait provoqué la destruction de l’ancienne gare routière de Nice et de ses jardins suspendus. Ce dimanche, lors de l’annonce de sa candidature aux municipales, Christian Estrosi annonce vouloir continuer le projet – pour ce faire, il serait nécessaire de détruire le Théâtre National de Nice (TNN) et de raser l’Acropolis, c’est-à-dire les 21000 m2 du Palais des Congrès et des Expositions, « un complexe mondialement reconnu », élu par ailleurs « Meilleur Palais des Congrès d’Europe » durant trois années consécutives et « Meilleur Prestataire International » en 2015, est-il noté sur le site web dudit Palais des Congrès.

Le TNN serait alors rasé et déplacé dans l’ancien édifice religieux de la place Saint-François, rénové par la ville depuis 2018 dans le but d’accueillir un espace culturel dédié à l’histoire de Nice, précise 20 Minutes. Muriel Mayette-Holtz, qui succède à Irina Brook à la direction du théâtre de Nice l’année dernière, comédienne et metteuse en scène, ancienne sociétaire de la Comédie-Française dont elle fut administratrice générale, nommée ensuite à la direction de l’Académie de France à Rome – Villa Médicis, ne semble pas rechigner. Le théâtre sera en cœur de ville (attention, son emplacement actuel n’est pas en banlieue !), il y aura moins de place, certes, car on passerait de 1281 à 500 spectateurs, mais le théâtre sera prêt à organiser plus de représentations si cela s’avère nécessaire. La secrétaire du Théâtre Ella Perrier précise à Nice-Matin que « ce nouveau lieu sera un nouvel outil avec des gradins modulables qui permettront de jouer sur le nombre de sièges et l’emplacement de la scène. Il y a aussi, en discussion, l’idée de mutualiser, par exemple, l’atelier de la Diacosmie pour nos décors, d’avoir recours à l’opéra pour nos grands spectacles. On ne sera pas pénalisés ». Le théâtre devra donc faire du hors les murs, ce qui correspond finalement aux projets de Muriel Mayette-Holtz.

L’Acropolis, quant à lui, serait tout simplement rasé pour être remplacé par un bâtiment plus moderne et plus près de l’aéroport.

Les controverses sont lancées. Pour beaucoup, dont l’ancien premier adjoint de Christian Estrosi, cela paraît illogique, quand « dans le même temps, il bétonnise les riches terres agricoles de la plaine du Var ».

 

 

Visuel : All creative commons – Promenade du Paillon, 2014.

Les sorties dvd de l’hiver 2020 : focus films français avant les César
Le Palmarès 2020 du Festival Premiers Plans d’Angers
Zoé David Rigot

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *