Politique culturelle
Marseille 2013: la prise de la Bastille

Marseille 2013: la prise de la Bastille

11 mars 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Marseille sera en 2013 la capitale européenne de la culture,  dans une ville où la culture est en berne au moment où la bibliothèque municipale est sans direction et ou le festival Marsatac est sans cesse en recherche d’argent, 5 intellectuels se sont enchaînés symboliquement mercredi devant la colonne de la Bastille à Paris pour protester contre les conditions d’organisation.

Pour le photographe marseillais Serge Assier, à l’origine de l’action,  interrogé par l’AFP, « celle-ci vise à démontrer que la culture est enchaînée à Marseille dans le cadre de l’organisation de Marseille-Provence 2013 ». « Tous ceux qui font des choses magnifiques à Marseille vont se retrouver sans argent!, a-t-il ajouté, « ulcéré » par « le gel des subventions aux petites associations culturelles marseillaises pour faire le pot de Marseille Capitale 2013 ». « Je travaille actuellement sur un projet Marseille/Rabat/Anvers/Barcelone avec huit écrivains. Aujourd’hui, je n’ai plus d’interlocuteur et le dossier n’avance pas ».

Les critiques se font aussi à l’attention de Paris, les Marseillais se sentant dépossédés de l’organisation. Dans une rituelle opposition Nord/Sud ou footballistique au choix, l’écrivain marseillais Jean Kéhayan, auteur de « Rue du Prolétaire Rouge » a affirmé: « Je crains que Marseille soit une colonie africaine par rapport à Paris qui impose des choix, des budgets ». « Le gros problème est que l’on a peur que la population marseillaise ne soit pas associée à cet évènement et qu’il n’y ait pas de retombées dans la durée » a ajouté l’écrivain. « On se bat pour que Marseille 2013 soit une réussite mais une réussite avec les Marseillais !.

L’association organisatrice de l’évènement, a pris note de cette manifestation tout en contestant une main mise parisienne sur la cité phocéene.

Source: AFP

Agua Fria, voyage en eaux troubles…
Mick Jagger inusable
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

One thought on “Marseille 2013: la prise de la Bastille”

Commentaire(s)

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture