Politique culturelle

Manif 3.0, un rassemblement contre les racismes passe du virtuel au réél

Manif 3.0, un rassemblement contre les racismes passe du virtuel au réél

04 août 2014 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Face à la déferlante antisémite et l’importation délirante du conflit israélo-palestinien en France, une très jeune femme a dit non. Celena Azouaoui, 18 ans, a appelé au Rassemblement républicain pour la Paix : juifs,musulmans main dans la main. Hier, devant le Louvre, 1000 personnes ont joué le jeu.

« Nous sommes des citoyens de toutes origines et enfants de la république, nous rejetons le climat de tension actuel, les racismes sous toutes leurs formes, les propos et actes antisémites et antimusulmans, et souhaitons nous rassembler dans un esprit apolitique et non partisan. »

C’est la première manifestation républicaine qui a lieu depuis le début de la guerre, lancée par Israël contre le Hamas à Gaza. C’est aussi la première manifestation citoyenne depuis que les phrases « Mort aux Juifs » ont été de nouveaux prononcées dans la rue et que des caricatures antisémites ont été inscrites dans les rues du IVe arrondissement de Paris. C’est aussi la première manifestation qui n’est ni pro-palestinienne, ni pro-israélienne. .C’est la première manifestation qui ne voit surgir ni drapeau palestinien ni israélien.

Généralement, ce sont les apéros facebook qui dépassent leurs organisateurs, mais penser que la politique pouvait passer du virtuel au réel était un pari difficile à gagner.

3500 personnes étaient « attenting » et un tiers se sont rendues à ce rassemblement qui a trouvé le soutien de SOS Racisme, de l’Union des Etudiants Juifs de France, du sociologue Omero Marungio Perria, du Rabbin Gabriel Hagai, de l’association Amitié Judéo-Musulmane de France, de l’ULIF, de La Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme, de l’association Jamais, de l’association Shalom Paix Salam!, de la Fédération pour la paix universelle et de l’Imam Rachid Birbach. Le jour même, Patrick Klugman, adjoint au maire de Paris est venu à Tribune qualifier la jeune femme de « petite Marianne ». Des lettres du Père Patrick Dubois, ardent défenseur de la mémoire de la shoah et du Samudaripen et du Grand Rabbin de France Haïm Korchia ont été lues.

La démarche était absolument pacifiste et c’est main dans la main que les citoyens de toutes confessions ont entonné la Marseillaise et on chantonné « Imagine ».

L’acte est d’autant plus fort qu’il a débordé en tous points les formes classiques de manifestations. On aura vu une cagnotte se créer et se remplir en quelques heures pour couvrir les frais de sécurité.

Le rassemblement a duré une heure et s’est dispersé sans aucun incident.

« Un jeune homme prometteur » : un premier roman d’enquête familiale touffue par Gautier Battistella
Le maître du kotèba contemporain, Souleyman Koly est mort
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *