Politique culturelle
Les théâtres parisiens ont essuyé une grève massive le 1er octobre

Les théâtres parisiens ont essuyé une grève massive le 1er octobre

01 octobre 2014 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Nous vous avions conseillé de rester chez vous ce soir et d’éviter soigneusement les salles de spectacles. Les intermittents sont , comme attendu ,  passés à l’action.

A Paris, les équipes du Capital et son singe et de Rien de moi au Théâtre National de la Colline, de Spleenorama au Théâtre de la Bastille, d’ Hypérion , au Théâtre de la Commune d’Aubervilliers, de Passim au Théâtre de Gennevilliers sont en grève, les représentations n’ont pas lieu. Il en de même pour La Vie de Galilée en répétition.

La première de l’Idiot par Vincent Macaigne aurait du avoir lieu au Théâtre de la Ville qui a voté la grève pour ce soir. Le magnifique Le Vide – essai de cirque n’a pas joué. Mais aussi, pour cette liste à la Prevert, le 104, le Théâtre de l’Echangeur..

En cause une double actualité, l’entrée en vigueur des droits rechargeables et surtout, la fin de la période de conciliation. Actuellement, la réforme du statut des intermittents est en chantier. Pour la repenser, le Premier Ministre à demandé à Hortense Archambault (directrice du Festival d’Avignon entre 2004 et 2013), Jean-Denis Combrexelle (fraîchement débarqué de son poste de directeur général du travail), Jean-Pierre Gille (médiateur dans ce conflit) de « réfléchir à une nouvelle donne pour l’intermittence »
La Coordination des Intermittents demandait une mise à plat de la réforme, ce qu’elle n’a pas obtenu. Et justement, la commission a repris ses travaux, suspendus pendant l’été, le 18 septembre avant une réunion en plénière le 2 octobre.
Ce que veut la Coordination des Intermittents et précaires est une mise à plat totale de la réforme, ce qu’elle n’obtiendra pas. Doit-on s’attendre à un été indien de grève ? Le public, excédé par les annulations de l’été 2014 pourrait définitivement perdre patience.

Visuel : ©CIP

Le dossier « Intermittence » de la rédaction

Matsukaze à l’Opéra de Lille, un conte japonais onirique orchestré par Sasha Waltz
La mort au bout du combiné : focus sur le téléphone dans le cinéma d’horreur
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *