Politique culturelle

Les textes de Liu Xiaobo au Festival de littérature Internationale de Berlin : une seule voix pour la libération du Prix Nobel

Les textes de Liu Xiaobo au Festival de littérature Internationale de Berlin : une seule voix pour la libération du Prix Nobel

21 mars 2012 | PAR Celeste Bronzetti

Une sélection des œuvres qui caractérisent la pensée de Liu Xiaobo, une lecture à plusieurs voix dans 40 pays différents pour protester contre l’emprisonnement du Prix Nobel de la paix 2010.

Condamné pour « incitation à la subversion du pouvoir de l’Etat », Liu est en détention depuis décembre 2008, mais il a été formellement arrêtéle jour de Noël 2009. Il avait participé à la rédaction de la Charte 08, un manifeste publié au soixantième anniversaire de la Déclaration des droits de l’homme et signé, entre autres, par 303 signataires chinois. Ils y demandaient une modernisation du système politique nationale qui aille en direction de la démocratie et du respect des droits de l’homme. Après plus de deux ans la situation politique chinoise n’a pas beaucoup évolué et Liu Xiaobo est encore un prisonnier politique de la République populaire de Chine.
Une série d’écrivains de réputation internationale ont participé à cette initiative visée à mettre en relief la pensée de cet humaniste, penseur, activiste victime du régime chinois. L’objectif est celui de rappeler son histoire et de rompre le silence qui trop souvent entoure les condamnés politiques qui se battent pour la Démocratie.
Parmi les textes sélectionnés il y a aussi une partie de la Charte 08, un texte se questionnant sincèrement sur les sorts de ce pays au XXIè siècle, tout en énumérant des revendications spécifiques et une liste d’interventions de modernisation.
Amnesty International, le Festival international de la Poésie de Trois-Rivières, les Bibliothèques, les Archives nationales du Québec, et beaucoup d’autres institutions dans le monde entier, ont profité du Festival de littérature internationale de Berlin, pour parcourir à nouveau et partager les œuvres, interdites en Chine, de Xiaobo.
Une chaise vide, encore une fois, auprès de l’auditoire, celle de Liu Xiaobo, comme pour le jour de la remise du Prix Nobel en 2010 à Stockholm. Il est le grand absent de la lecture de ses propres textes : l’esprit de l’initiative est celui de continuer à les réciter à haute voix pour qu’on puisse tendre tous à la libération de cet intellectuel, à travers celle de sa parole.

Visuel : (c) capture d’écran de Youtube (à la une) site du festival de berlin literaturfestival.com (en haut)

Le nouveau clip de Carmen Maria Vega
Gagnez 2×2 places pour le concert du COGE dans un programme Britten, Bartok, Bruckner, le 30 mars 2012
Celeste Bronzetti

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *