Politique culturelle

Les menaces pèsent sur les théâtres

Les menaces pèsent sur les théâtres

03 juillet 2015 | PAR Milena Landre

La création culturelle se trouve menacée par l’austérité budgétaire et la crise. Ce n’est pas nouveau mais aujourd’hui, le théâtre est un des secteurs les plus touchés par les coupes budgétaires. Fermeture des salles, directeurs mis à distance, subventions supprimées… Le spectacle vivant se porte mal avec un soutien minime de l’Etat. Face à la crise de ces institutions culturelles, des artistes tentent de se mobiliser. Toute la Culture débrieffe sur cette hécatombe et ses enjeux. 

Force est de constater que le financement du spectacle vivant est mis à mal depuis plusieurs années. En témoigne l’appel « collectif et solennel » lancé en décembre 2014 à l’attention de Fleur Pellerin et de tous les élus. Face à « l’effritement déjà visible » du réseau culturel, une dizaine d’artistes se sont mobilisés pour dénoncer la remise en cause du financement du spectacle vivant. Des artistes comme Mathieu Amalric, Emmanuel Béart et Denis Podalydes ont été à l’initiative de cet appel. Le monde du théâtre étant particulièrement touché, des grands noms du milieu ont également participé à cette manifestation (Ariane Mnouchkine, Jean-Pierre Vincent). Sept mois après la mobilisation, les inquiétudes du théâtre français sont toujours d’actualité.

Le Théâtre de la Cité Internationale universitaire, situé dans le 14ème arrondissement de Paris, est l’illustration (malheureuse) du coup dur porté aujourd’hui au milieu théâtral. Le lieu et sa programmation se trouvent menacés par les restrictions des subventions. La baisse des dotations de l’Etat aux collectivités locales sont à l’origine de cette baisse brutale des subventions. Le théâtre abrité par la Cité Internationale Universitaire doit faire face à la réduction de sa dotation actuelle qui représente 880 000 euros. A cela s’ajoute une gestion critique de l’établissement puisqu’il ne possède pas de directeur/trice depuis le départ de Pascale Henrot, partie il y a un an maintenant pour l’Office national de diffusion artistique. La question qui se pose aujourd’hui est de savoir si le Ministère de la Culture et de la Communication continuera d’accompagner le projet sachant que la Fondation de la Cité Internationale Universitaire de Paris met en péril le budget du théâtre. A l’heure actuelle, un seul projet a été commandé par le théâtre et il n’est pas sur qu’il aboutisse.

Si la survie du Théâtre de la Cité Internationale universitaire est mise en danger, il en est de même pour le Théâtre de l’Aquarium et son directeur actuel, François Rancillac, qui devrait partir en juin 2016. Nommé à la tête du Théâtre de l’Aquarium à la Cartoucherie de Vincennes en 2009, le comédien et metteur en scène s’est imposé comme une figure ambitieuse, aux projets variés menés en majeure partie en direction des artistes émergents (le Festival des Ecoles du théâtre public notamment qui a accueilli récemment Punk Rock, mis en scène par Cyril Teste). Jusqu’à aujourd’hui, l’Etat versait une subvention de 743 000 euros par an. Une diminution du subventionnement du lieu a été annoncée. Cette restriction budgétaire menace fortement la programmation actuelle du lieu. Par ailleurs, les services de la Direction Générale de la Création Artistique imposent maintenant à François Rancillac de quitter son poste ce mois-ci. Sans donner de raisons… Inquiets de la pression qui se maintient sur le théâtre, l’équipe du Théâtre de l’Aquarium a lancé une pétition sur internet « Pour que le Théâtre de l’Aquarium demeure un service public ».

Autre lieu qui doit faire face aux menaces : la MC93, Maison de la Culture située à Bobigny. Haut-lieu de création et de production de spectacles depuis 1980, la MC93 est dans l’obligation de fermer ses portes de l’automne 2015 à décembre 2016 pour réaliser des travaux de mises aux normes. Le théâtre proposera une programmation hors les murs avec le Festival Standard Idéal. Le 6 février 2013, la MC93 avait annoncé la perte d’une partie de ses subventions départementales. La question qui se pose actuellement est de savoir quel sera le sort du lieu à la fin des travaux prévus sur deux saisons. Le théâtre implanté à Bobigny doit également gérer un changement de direction : après 15 ans à la tête de la MC93, Patrick Sommier quitte son poste pour laisser la place à Hortense Archambault qui prendra ses fonctions le 1er août 2015. L’ancienne co-directrice du Festival d’Avignon devra prendre en charge de nombreuses problématiques notamment celle de la décentralisation théâtrale. En effet, le fossé qui se creuse entre la banlieue et Paris explique en partie les menaces qui pèsent sur la MC93.

Pour signer la pétition de soutien au Théâtre de la Cité Internationale c’est ici.

Pour signer la pétition de soutien au Théâtre de l’Aquarium c’est ici.

Visuels :  CC

Marc Minkowski, si ce n’est le Comique, ce sera donc Bordeaux!
Anne Teresa De Keersmaeker, « Verklärte Nacht » : les amours fluides
Milena Landre

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *