Politique culturelle

Le Tarmarc à la rue : quelles solutions pour sauver le théâtre ?

09 mai 2010 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le Tarmac est l’un des théâtres du Parc de la Villette. Voila plusieurs mois que l’affiche « resistance » orne les murs de ce bel endroit. Cette semaine à l’occasion de la grande manifestation du spectacle vivant, l’équipe du Tarmac a fait le point sur leur stituation de plus en plus préoccupante.

« Est venu le temps du rationnement…Ardue a été la tâche de décider des spectacles à préserver dans une programmation mutilée. Et malgré tout… et quand même… continuer, s’entêter, avec acharnement, à faire exister notre saison, à faire survivre notre maison » hurle Valérie Baran, appelant à la résistance depuis le début de la saison.

La programmation du Tarmac est tournée vers la Méditerranée, dans une démarche d’accueil de compagnies etrangères. Malgrés sa bonne réputation et un public régulier, le Ministère des affaires étrangères  a cessé son soutien au Tarmac ( Rue 89) . Les coupes dans les subventions ont obligé la directrice à annuler des spectacles et à faire des choix pour réduire les côuts .

Quelles solutions ?

Le spectacle vivant est dans une relation extrêmement dépendante aux financements publics, installant une précarité liée aux changements de politiques publiques. Il est urgent que les théâtres trouvent d’autres moyens d’autonomie.

Lors de la présentation de saison à l’Odeon, nous avons vu apparaitre, plus clairement que d’habitude, un système de financement parallèle, un livre sur l’Odeon est à la vente et les différents espaces du théâtre sont disponibles à la location, c’est le cas notamment pour le concert de Richard Galliano du 17 mai prochain. Mais Le Tarmac est un théâtre bien trop petit pour espérer louer son espace.

Les théâtres publics pourraient s’inspirer d’une initiative privée intéressante existant du côté du Vingtième théâtre qui propose à l’instar de ce qui est possible dans certains cinémas, une carte d’abonnement valable au théâtre 13, théâtre 14 et Sylvia Monfort, offrant un tarif réduit aux spectacles.

En attendant, Rue 89 rappelle que « Le 6 avril, pour respecter ce public, Le Tarmac, en grève, a joué comme prévu Sakura, la pièce sénégalaise. Alors qu’à la Comédie-Française ou au Théâtre national de Strasbourg, les représentations étaient tout bonnement annulées. »

Une pièce et demie de Khrjanovski
Paris commémore l’abolition de l’esclavage
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *