Politique culturelle
Le Tanztheater Wuppertal pris dans la grève des intermittents

Le Tanztheater Wuppertal pris dans la grève des intermittents

29 juin 2014 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Au Théâtre de la Ville, cet après-midi, la tension était spectaculaire sans que spectacle il y est.

photo (1)

Depuis le 4 juin, les intermittents du spectacle, réunis sous la houlette de la CIP ( coordination intermittents et précaires) sont en grève. Des festivals sont annulés ( Uzes Danse), d’autres sont perturbés (Montpellier Danse), mais des actions ponctuelles se font aussi dans les salles de spectacle. Ce dimanche, le Théâtre de la ville présentait son dernier spectacle de la saison avec force de symbole. C’est la troupe de Pina Bausch qui devait présenter Palermo Palermo l’un des nombreux chefs d’oeuvre de la chorégraphe disparue en 2009.

Comme à chaque représentation du Tanztheater Wuppertal, la pièce affiche complet. La tribune était trop belle, le public trop nombreux.

Les billets auront été distribués, normalement, avant que le contrôle soit impossible. Rapidement, le personnel du théâtre vient expliquer calmement la situation. Le théâtre est occupé par des intermittents qui souhaitent annuler le spectacle mais ni les danseurs, ni le directeur Emmanuel Demarcy Motta ne le souhaitent.  La négociation commence à 17h et se terminera dans l’échec à 18H30. Pendant ces minutes on aura entendu des intermittents désperés, tentant d’expliquer à un public à forte majorité en colère, leur situation.

Si les spectateurs sont dans leur majorité solidaires,  la sensation de prise d’otage très nette a eu raison de leur soutien. Emmanuel Demarcy Motta n’a cessé de tenter une médiation sans jamais vaincre. La seule chose qu’il aura obtenu, sous les huées des spectateurs, est que la salle leur soit enfin accessible, non pas pour Palermo Palermo mais pour une discussion. Les mots fusent « mais qu’ils aillent parler à Filippetti ! », ou « fascistes ! ». Un spectateur ordonne à une spectatrice de se taire, elle avait lancé un « je vous soutiens ! »

Depuis jeudi dernier,l’accord de l’Unedic qui modifie les règles de l’assurance chômage et les annexes VIII et X concernant l’intermittence a été publié au Journal Officiel et entrera en vigueur le 1er juillet.  La lutte s’est radicalisée, cherchant à tout prix à rester visible.

Le dossier Intermittence de la rédaction. 

[Live report] Rodrigo y Gabriela, Gesaffelstein et Franz Ferdinand au Solidays
Gagnez 5×2 places pour Max Cooper au Showcase le 19 juillet
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

2 thoughts on “Le Tanztheater Wuppertal pris dans la grève des intermittents”

Commentaire(s)

  • Citoyen Lambda

    Marre de la CGT ! La CGT a laissé filer l’accord UNEDIC. L’état n’a rien à voir là dedans. Les spectateurs non plus. Pauvre Pina…. d’où elle est elle doit être bien triste que son oeuvre n’ait pas permis de réunir ceux qui sont d’accord, d’accord sur la primauté du spectacle et de l’art. Triste CGT. Tristes fous qui veulent que l’état se mêle de tout. Tristes gens qui pensent que moins de spectacle mène vers un monde meilleur.

    juin 30, 2014 at 16 h 42 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *