Politique culturelle

La Route de la Rose du Loiret ou le plaisir des sens

La Route de la Rose du Loiret ou le plaisir des sens

09 juin 2019 | PAR Magali Sautreuil

Inaugurée officiellement le vendredi 7 juin 2019 au château de Bellegarde, la Route de la Rose du Loiret vous emmène à la découverte de sublimes jardins aux douces effluves et aux couleurs chatoyantes. Parcourez-la au gré de vos envies et laissez-vous surprendre par la richesse de ces paysages !

Flyer (© A. Rue)

Quel plus bel écrin que celui du château de Bellegarde pour inaugurer la Route de la Rose ! Cette ville des roses est non seulement le troisième producteur de rosiers en France, mais elle accueillera, d’ici quelques temps, un musée de la rose, au rez-de-chaussée du château !

Château de Bellegarde (© A. Rue)

Avec la rose, le Loiret a enfin trouvé une identité forte, qui renouvelle le regard que nous pouvions porter jusqu’alors sur ce territoire.

Considérée par certains comme la reine des fleurs, la rose est en plus un symbole universel, qui transcende les religions, les cultures et les époques. Depuis le XVIIIe siècle, elle occupe une place particulière dans le Loiret. Des rosiéristes de renom, comme André Ève qui a créé une roseraie de 5000 mètres carré à Chilleurs-aux-Bois, y ont élu domicile et y ont créé près de 600 variétés de roses. Chaque année, ce sont environ 100000 roses, qui sont expédiées depuis le Loiret.

Ainsi, se cachait sous nos yeux un patrimoine d’exception, qui aujourd’hui, avec la création de la Route de la Rose, sera désormais connu du grand public. À ce jour, le parcours comprend onze sites d’excellence et six à ne pas manquer. Au fil des ans, de nouveaux parcs et jardins viendront sûrement agrémenter et enrichir cet itinéraire floral. 

Carte de la Route de la Rose (© Tourisme Loiret)

Le soir de l’inauguration, un nouveau rosier, baptisé Passion Loiret, est né. Issu des lignes de production de Pascal Pinel, le directeur des Roses anciennes André-Ève, un des établissements les plus connus du Pithiverais, sa culture est ouverte à tous. Ce rosier grimpant est donc parfaitement adapté au projet départemental, puisque ses ramifications et sa cultivation dessineront progressivement la fameuse Route de la Rose. 

Baptême de la rose Passion Loiret (© Alain Douchet)

Audacieux, ce projet ambitieux a pu voir le jour grâce a l’appui financier de l’Union européenne, à travers le programme LEADER, du Conseil départemental du Loiret, de la Communauté de Communes des Terres du Val de Loire,  de la métropole d’Orléans et de la ville de Bellegarde.

Il fédère non seulement des acteurs du tourisme (hébergeurs, restaurateurs, médiateurs, animateurs…), mais aussi ceux de l’horticulture… Espérons que de cette dynamique naîtront de nombreuses propositions en matière d’activités et d’expériences à vivre. Une programmation annuelle culturelle et événementielle permettrait sans doute d’attirer chaque année un nouveau public et de susciter un regain d’intérêt de la part de ceux qui sont venus.

Les animations autour de la rose ne manque pas, ce qui est plutôt de bon augure. De plus, la rose est une fleur de son temps, dont la culture a su s’adapter aux normes environnementales (zéro pesticides…) et à son écosystème. Le jardin de la Javelière à Montbarrois et celui de Roquelin à Meung-Sur-Loire sont d’ailleurs deux magnifiques exemples de biodiversité, au sein desquels la rose cohabite avec de nombreuses autres espèces.  

La Javelière (© Magali Sautreuil)

Rendez-vous donc dans les jardins et parcs du Loiret pour éveiller vos sens dans ces écrins de verdure et profitez-en pour découvrir le Loiret autrement. Si ce dernier constitue une destination idéale pour les amoureux de la nature, il peut également s’enorgueillir d’un beau patrimoine architectural, qui allie modernité (escape game…) et tradition.

Afin de préparer votre venue, vous pouvez consulter le site Internet dédié à la Route de la Rose (cliquez ici), ainsi que celui de Tourisme Loiret (cliquez ici).

Le « Requiem allemand » de Currentzis : choc, ferveur et extase
Festival Seytou Africa : pleins phares sur Rafiki Fariala
Magali Sautreuil
Formée à l'École du Louvre, j'éprouve un amour sans bornes pour le patrimoine culturel. Curieuse de nature et véritable "touche-à-tout", je suis une passionnée qui aimerait embrasser toutes les sphères de la connaissance et toutes les facettes de la Culture. Malgré mon hyperactivité, je n'aurais jamais assez d'une vie pour tout connaître, mais je souhaite néanmoins partager mes découvertes avec vous !

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *