Politique culturelle

Bertrand Delanoë signe une déclaration d’amour à la nuit parisienne

13 novembre 2010 | PAR Amelie Blaustein Niddam

La pétition Paris se meure en silence et les initiatives de sorties gratuites initiées par Paris Capitale ont suscité la tenue de deux jours de débats sur un sujet très sérieux : la fête ! Tous les professionnels de la nuit , les élus et les acteurs du monde associatif se sont rassemblés pour débattre autour « des nuits de Paris, Etats Généraux « .

Pour l’intervention de Bertrand Delanoë, la grande salle de la Mairie de Paris était pleine. Témoignage du désir qu’ont les parisiens de  garder la nuit vivante comme le jour. Il a réaffirmé sa volonté de concilier les riverains et les fêtards soulignant avec humour que les deux statuts étaient interchangeables selon les jours. Comment obtenir le silence tout en voulant sortir près de chez soi et très tard? Si de nombreuses décisions ont déjà été prises dans le sens d’une meilleure circulation la nuit : bus de nuit, métro et RER tardifs les week-ends, de nombreuses questions restent en suspens. Comment sortir moins cher, mieux dans un respect des travailleurs de nuit et du voisinage.

Paris est une « ville-monde » a rappelé le maire de la Capitale, soulignant quelques fondamentaux qui semblent une évidence: commerces ouverts souvent après 20h, pharmacies de nuit et bars fermant à 2h en semaine. Paris n’est pas si mal loti, tout est question de budget. « Paris a des choses à dire 24-24 ».

Aujourd’hui, l’heure est celle de l’exigence . En parlant des nuits au pluriel la dimension sociale était posée. Par atelier, les groupes ont réfléchi autour de différents axes donnant l’ampleur de la concertation : Les commerces la nuit, les conditions de vie des travailleurs de nuit, les mobilités nocturnes, la vie nocturne et les discriminations, les nouveaux espaces pour les nuits de Paris, la tranquillité publique, la prévention des conduites à risque, les situations en errance et la promotion de la vie nocturne.

Les premières idées ont fusé, notamment l’idée de mettre en scène l’éclairage public rendant certains espaces plus accueillants. Une ouverture plus tardive des parcs, une meilleure insonorisation des lieux, plus de  fumoirs en intérieur pour éviter trop de bruit sur les trottoirs…Pour Frédéric Hocquart, directeur du fond de soutien au spectacle vivant ARCADI une solution doit venir d’une meilleure amplitude horaire des spectacles et des transports pour plus de circulation et moins de concurrence entre les activités. Bertrand Delanoë a affirmé sa volonté de mettre les budgets nécessaires en lien avec la Région pour faire les travaux indispensables à une entente entre les dormeurs et les noceurs.

L’annonce a était faite de l’ouverture, finalement,  en mars 2011 de la gaité lyrique, lieu dédié aux musiques actuelles , également, un appel à projet sera lancé pour l’ouverture d’une boite de nuit sur le modèle du Show Case, c’est-à-dire dans un lieu central autorisant le bruit.

Bertrand Delanoe l’a affirmé «nous avons une ville pleine de potentiel pour la fête, pour la nuit, pour l’amour, sachons nous faire aimer». En attendant, les débats continuent aujourd’hui et seront clôturés par un cocktail musical avec Patrick Vidal. Les conclusions et propositions seront débattues en conseil de Paris et donneront lieu à des actions prochainement.

Paris n’est pas encore une ville morte…Alors dansons !

(c) Le bar La Perle dans le Marais en juin 2008 CAPMAN VINCENT/SIPA

Dossier : l’histoire d’amour entre le cinéma français et ses « anciens »
Le village des ombres : rencontre avec le réalisateur et les deux comédiennes
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

3 thoughts on “Bertrand Delanoë signe une déclaration d’amour à la nuit parisienne”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *