Politique culturelle

Annulation de l’Année du Mexique

14 mars 2011 | PAR La Rédaction

 

 Les tensions diplomatiques autour de l’affaire Florence Cassez, « condamnée par la justice mexicaine, en 2009, à une peine de soixante ans de prison pour enlèvement, séquestration, délinquance organisée et possession d’armes à feu et de munitions à l’usage exclusif des forces armées » (Wikipedia), avaient déjà causé l’annulation de plusieurs événements, dont l’exposition majeure prévue à la Pinacothèque de Paris « Les Masques de jade mayas ». C’est à présent l’événement dans son entier qui est annulé : l’Année du Mexique n’aura pas lieu.

 

Il y a quelques semaines, le grand écrivain mexicain Carlos Fuentes qualifiait le président Nicolas Sarkozy de Nagy Bocsa de « dictateur de république bananière », après que ce dernier a décidé de dédier à la délinquante condamnée l’Année du Mexique. Dans la foulée, le gouvernement mexicain annonçait  sa décision de ne pas prendre part à l’événement, renonçant notamment à financer les envois d’œuvres vers la France.

Organisateur de cette manifestation, l’Institut français (rattaché au ministère des Affaires étrangères et européennes), que dirige l’ancien ministre Xavier Darcos, qui a annoncé l’impossibilité, eu égard aux conditions, de la tenue de celle-ci.

Comme le résume André Rouillé, dans son éditorial hebdomadaire de Paris-Art.com, « Avec cette annulation, c’est près de 360 manifestations culturelles qui vont être fragilisées ou, tout simplement, annulées. Envolés, les 23 millions d’euros de budget alloué par Mexico pour le transport des œuvres! Cloîtrés chez eux, les 1200 mexicains qui devaient venir se produire en France!

Certains lieux, investis dans ce projet depuis plusieurs mois, ont décidé de tout mettre en œuvre pour que leur événement propre voit quand-même le jour. La Cinémathèque Française compte produire elle-même son cycle sur le mélo mexicain, en finançant le transport des copies et le règlement des ayants droits. De même, le musée d’Orsay n’a pas renoncé à l’exposition sur Frida Kahlo et Diego Rivera.

Tout dépendra de l’accueil que le Mexique réservera à leurs nouvelles propositions, formulées en dehors du label ’’Année du Mexique en France’’ ».

Bravo Sarkozy : encore une bavure de plus dans un palmarès qui n’en finit plus de s’étirer.

David Eugene Edwards (16 Horsepower, Wovenhand) le 29 avril à la Maroquinerie
Conviction : plaidoyer pour une certaine égalité
La Rédaction

One thought on “Annulation de l’Année du Mexique”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *