Cinema

Conviction : plaidoyer pour une certaine égalité

Conviction : plaidoyer pour une certaine égalité

15 mars 2011 | PAR Geraldine Pioud

Alors que presque tout le désigne comme le meurtrier, Kenny se voit aidé par sa soeur Betty, qui renonce à sa vie afin de commencer des études de droit pour tenter de disculper son frère. « Conviction » dresse le portrait de cette femme courageuse que même le système judiciaire ne réussira pas à arrêter.

Synopsis : « Conviction est l’histoire vraie de la lutte d’une femme, pendant 18 ans, pour faire libérer son frère de prison. 1983, Kenny Waters est condamné à perpétuité pour meurtre. Betty Anne, sa sœur, est la seule à être convaincue de son innocence. Face à un système judiciaire qui refuse de coopérer, elle entreprend des études pour obtenir un diplôme d’avocate. Elle mène sa propre enquête afin de faire rouvrir le dossier, n’hésitant pas à sacrifier sa vie de famille. Aidée de sa meilleure amie, Abra Rice, elle est bien décidée à tout mettre en œuvre pour disculper son frère. »

Tony Goldwyn a été bien inspiré! La première demi-heure (environ…) de son film joue sur une construction narrative bien maîtrisée : des flash-back sur l’enfance de Kenny et Betty ainsi que sur la période du meurtre donnent au film une dynamique intéressante et très prenante. La suite sera assez classique, peignant avec plus de « banalité » les démarches de Betty, son combat au quotidien et les difficultés de Kenny à croire en une possible libération. Hilary Swank et Sam Rockwell incarnent une soeur et un frère déchirés par l’absurdité des rumeurs, condamnés à prouver le bien en eux face à un système judiciaire convaincu du contraire. Se détachant de leurs beautés (au premier abord ils peuvent sembler l’un et l’autre presque trop « lisses » pour leur rôle), ils donnent vie à cette histoire vraie avec beaucoup de sensibilité.

Si l’on regrette parfois l’omniprésence de la musique (les notes se posent idéalement là où il faut afin d’arracher une larme au spectateur), on apprécie la juste et modeste leçon du film sur les absurdités du système judiciaire, et la façon dont cela est traité : il est plaisant de voir dans Conviction autre chose qu’une succession de séquences se déroulant dans les tribunaux. L’accent est mis sur tout le travail en amont, sur les sacrifices, les concessions et l’intime conviction. La mise en scène s’attarde particulièrement là dessus et ne laisse pas d’échappatoire possible, les plans d’ensemble montrant l’absence comme une évidence. Des rebondissements à la chaîne et le doute qui s’immisce parfois en nous : est-il vraiment innocent? Réponse ce 16 mars dans votre cinéma.


CONVICTION : BANDE-ANNONCE VOST par baryla

Conviction, de Tony Goldwyn, avec Hilary Swank, Sam Rockwell, Minnie Driver, Melissa Leo
États-Unis, 1h47, Drame / Thriller
En salles le 16 mars 2011

Infos pratiques

Annulation de l’Année du Mexique
Vanupié au Sentier des Halles
Geraldine Pioud

One thought on “Conviction : plaidoyer pour une certaine égalité”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *