Actu

Nancy retrouve sa Villa Majorelle

Nancy retrouve sa Villa Majorelle

12 février 2020 | PAR La Rédaction

Après une minutieuse réhabilitation, ce chef d’œuvre de l’Art nouveau a retrouvé sa folle distinction. Week-end inaugural à Nancy les 15 et 16 février.

Par Frédéric MENU

Dans un article (1) de la revue Art et Décoration de juin 1902, l’architecte et journaliste d’origine belge Frantz Jourdain à qui on allait devoir trois ans plus tard le célèbre bâtiment de La Samaritaine à Paris, écrivait, enthousiaste :
« S’imprégnant, avant tout, du sujet à traiter, M. Henri Sauvage a su doter la villa de Nancy de son caractère propre, celui d’une habitation ni somptueuse, ni officielle, ni vaniteuse, d’une habitation qui n’est ni celle d’un parvenu, ni d’un grand seigneur, mais qui ne tombe pas toutefois dans la médiocrité et la banalité bourgeoise. Nous reconnaissons bien la maison d’un artiste, sensitif et chercheur, aux goûts affinés, au cerveau cultivé, à l’œil délicat, qui se préoccupe peu des jugements d’autrui et des snobismes de la mode, et qui désire parer de beauté les commodités de l’existence dont il entend ne pas se désintéresser.
Et des exigences les plus vulgaires, le constructeur a tenu à tirer des effets décoratifs suprêmement séduisants, flattant à la fois l’idéal et la logique. (…) tout à sa place, tout avec sa raison d’être, rien à ajouter et rien à retrancher, c’est exquis. »
Quand l’ébéniste et décorateur Louis Majorelle, un des piliers de l’Art nouveau (Ecole de Nancy), confia à Henri Sauvage la réalisation des plans de sa maison familiale, ce jeune architecte n’est alors âgé que de 26 ans. La Villa Majorelle fut achevée en 1902. C’était la première maison nancéienne entièrement – et jusque dans les moindres détails – de style Art nouveau. Un véritable manifeste d’art total, une vitrine sublime. La demeure s’appelle aussi Villa Jika : J.K. sont les initiales de Jane Kretz, l’épouse de Louis, fille du directeur du théâtre municipal de la ville de Stanislas.

Garder une « impression de maison »

Trois personnes vivront dans cette maison exceptionnelle : monsieur et madame Majorelle et leur fils Jacques. Jacques Majorelle (1886-1962), le peintre qui s’installera à Marrakech (les Jardins Majorelle rachetés par Yves Saint-Laurent, c’est lui), vendra la villa de Nancy à l’Etat en 1926, à la mort de son père. Jusqu’à ces dernières années, y seront abrités différents services administratifs. La Villa Majorelle est classée Monument historique depuis 1996 et elle est propriété de la Ville de Nancy depuis 2003. Et le Musée de l’Ecole de Nancy, tout proche, veille sur elle !
Après des travaux extérieurs, (2016-2017), la première phase de la rénovation intérieure (2019-2020) vient de s’achever et la villa va pouvoir être rouverte au public. Un grand « week-end inaugural gratuit » est organisé les 15 et 16 février (2).
A partir du 19 février, l’accueil des visiteurs (la jauge maximale est de 64 personnes) se fera en suivant l’exemple de Barcelone avec le patrimoine Gaudi (réservations en ligne, organisation des visites…)
Valérie Thomas, conservatrice en chef du patrimoine, directrice du musée de l’Ecole de Nancy et de la Villa Majorelle explique ainsi la philosophie générale de cette réhabilitation : « Il s’agissait de créer un environnement favorable aux collections, au décor. Et, pour garder cette impression de maison, la signalétique est volontairement limitée. »
Une deuxième phase de travaux, d’une durée de 18 à 24 mois, va maintenant s’engager, « compatible avec la présence de public » : la restauration de l’atelier de Louis Majorelle, au deuxième étage, est notamment au programme. Le budget total du projet Villa Majorelle est estimé à 3 millions d’euros.
Aujourd’hui, le bijou d’Art nouveau qu’est la villa nancéienne, au label « Maison des Illustres », peut redonner fièrement toute sa pertinence, toute son actualité aux propos de Frantz Jourdain : « L’art vit d’évolution et de mouvement, la redite, l’anémie, l’immobilité le tue, et l’artiste réellement digne de ce titre ne doit subir aucun joug et ne s’inféoder à aucune coterie. » (1)

Visuels :
– Affiche : La Villa Jika ou Villa Majorelle à Nancy © Philippe Caron
– Vues et détails (c) Frédéric MENU_________________________
1- L’Architecture aux Salons de 1902 par Frantz Jourdain in Art et Décoration, Juin 1902.
2- Villa Majorelle : 1, rue Louis-Majorelle F-54000 Nancy
musee-ecole-de-nancy.nancy.fr

L’agenda cinéma de la semaine du 12 février
À Hambourg, le Falstaff simplement humain de Maestri soumis à la cruauté des hommes (et des femmes).
La Rédaction

One thought on “Nancy retrouve sa Villa Majorelle”

Commentaire(s)

  • Sylvie CHOUVET

    Bonjour Madame , Mosieur,
    Nous souhaitons profiter de l’inauguration de la Ville Malorelle le dimanche 16 /02/2020. Nous habitons au sud du département des Vosges . Ce serait bien triste de ne pouvoir la visiter car nous avons de la route
    Devons nous réserver nos places? et comment?.
    merci d’avance,
    Bien cordialement
    Sylvie Chouvet

    février 14, 2020 at 15 h 37 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *