Expos
Victor Prouvé et le grand décor de l’Art Nouveau

Victor Prouvé et le grand décor de l’Art Nouveau

25 juillet 2022 | PAR Laetitia Larralde

Jusqu’au 14 aout, le Musée français de la carte à jouer retrace les années parisiennes de Victor Prouvé, grand artiste de l’Art Nouveau. L’occasion de redécouvrir un virtuose du dessin.

Aujourd’hui, quand on évoque le nom de Prouvé, on pense d’abord à Jean Prouvé, architecte et designer célèbre du modernisme. L’esthétique de son œuvre ne pourrait pas être plus différente de celle de son père, Victor Prouvé, peintre et sculpteur de l’Art Nouveau. Autant le fils avait une approche fonctionnaliste, rationalisée et industrielle, autant le père s’est épanoui dans le décor, la représentation de la femme et de la nature pour des œuvres artisanales et uniques. Et c’est à Victor Prouvé que le Musée de la carte à jouer a choisi de rendre hommage.

Le Musée de la carte à jouer possède une double collection : la première se consacre à l’histoire d’Issy-les-Moulineaux dans le pavillon qui subsiste du château des Princes de Conti, et la seconde dans le bâtiment moderne expose une collection unique autour de la carte à jouer. C’est ce lien à l’histoire de sa ville qui a initié la conception cette exposition. En effet, l’Hôtel de Ville abrite depuis 1896 dans son escalier d’honneur La Vie, un grand décor de Victor Prouvé, classé aux Monuments Historiques en 2002. Sa restauration en 2019 a fait naître l’idée d’une exposition, et la fresque est visible par le public pendant toute sa durée.

En hommage à Victor Prouvé et à son grand décor, l’exposition se resserre sur ses années parisiennes, de 1877 à 1902, date à laquelle il retourne vivre à Nancy avec sa famille. Né en 1858, il suit les traces de son père dessinateur en broderies et étudie le dessin, d’abord à Nancy puis aux Beaux-Arts de Paris dans l’atelier d’Alexandre Cabanel. Très vite reconnu pour son talent, la peinture, le dessin et la sculpture restent ses moyens d’expression de prédilection, même s’il s’est essayé à de nombreuses techniques. En parfait représentant de l’Art Nouveau, il prône une abolition de la hiérarchie entre les arts, comme les vases dont il a dessiné le décor pour Gallé, les reliures de livres ou les motifs de broderie présentés en introduction de l’exposition nous en donnent l’exemple.

Si Victor Prouvé n’a pas remporté le concours pour le grand décor de l’Hôtel de Ville de Paris, celui pour Issy est le résultat d’une commande directe du département de la Seine. Cette fresque de 13m de large sur 3m de haut illustre les valeurs de la IIIe République auxquelles l’artiste adhère : la famille, le travail et l’instruction. On y retrouve des thèmes récurrents de son œuvre tels que les jeunes amants, la maternité, la ronde ou la transmission entre générations, dans un mouvement accompagné par la luxuriance de la nature.

L’exposition, conçue en grande partie en collaboration avec le musée de l’Ecole de Nancy, nous présente les différentes étapes de la conception d’un grand décor. Celui réalisé pour Issy n’est pas le seul que Victor Prouvé a créé pour une mairie : il a achevé en 1907 celui de la mairie du 11ème arrondissement de Paris, signant là les deux seuls grands décors Art Nouveau des mairies françaises. Les études préparatoires exposées consistent principalement en deux types : des recherches en petit format de composition et de couleur à la peinture et des recherches de motifs au pastel à taille réelle.

Si les couleurs éclatantes de ses peintures et leur mouvement presque dansant sont séduisants, ce sont ses pastels qui émerveillent réellement. Démontrant d’une maîtrise du dessin et du pastel indéniable, on ne peut qu’admirer le velouté des matières, le rendu très graphique et dynamique, presque sculptural, des modelés et l’impression de félicité qui se dégage de ses personnages. C’est là l’essence des œuvres présentées ici : une vision idéale d’un bonheur simple à la portée de tous. Et c’est ici que le père et le fils Prouvé se rejoignent, dans cette utopie sociale et égalitaire.

Au faîte de sa gloire, Victor Prouvé quitte Paris pour Nancy et succède à Emile Gallé à la tête de l’Ecole de Nancy jusqu’en 1919 où il devient directeur de l’Ecole des Beaux-Arts de Nancy. Si son œuvre cède le pas à ses activités administratives, il aura alors vécu selon ses valeurs, en travailleur, avec une famille nombreuse et en partageant ses connaissances aux nouvelles générations. Et par son art, il nous offre son utopie sociale.

Victor Prouvé – Le maître de l’Art Nouveau à Issy
Du 11 mai au 14 août 2022
Musée français de la carte à jouer – Issy-les-Moulineaux

Visuels : 1- affiche de l’exposition / 2- Victor Prouvé, Etude pour la décoration de l’Hôtel de Ville de Paris : L’Ambroisie, entre 1891 et 1892, dessin, fusain et gouache sur papier, 154 x 134 cm, Nancy, musée de l’Ecole de Nancy, MM81 © Nancy, musée de l’Ecole de Nancy, photo Jean-Yves Lacôte / 3- Victor Prouvé, Etude pour la décoration de la mairie d’Issy-les-Moulineaux : femme nue de profil tenant son enfant, 1898, pastel sur papier, 96 x 70 cm, Nancy, musée de l’Ecole de Nancy, inv.61 © musée de l’Ecole de Nancy/Claude Philippot / 4- Victor Prouvé, Méditation, 1902, huile sur toile, 94 x 94 cm, Nancy, musée de l’Ecole de Nancy, inv.51 © musée de l’Ecole de Nancy/ Michel Bourguet

« Le Domaine Pouchkine » de Sergueï Dovlatov : C’est normal en Russie
Les Journées de Galilée : Médecine, opéra et magie à Saint-Jean d’Acre
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture