Opéra
Les Journées de Galilée : Médecine, opéra et magie à Saint-Jean d’Acre

Les Journées de Galilée : Médecine, opéra et magie à Saint-Jean d’Acre

25 juillet 2022 | PAR La Rédaction

Après deux éditions remarquables en 2016 et 2018, Meet in Galilée, association présidée par Muriel Haim, organise la troisième édition de son forum médico-économique couplé à un festival d’Art Lyrique. Cette année le festival d’Art Lyrique se tient dans la forteresse des Croisés de Saint-Jean d’Acre, ville classée au patrimoine de l’Humanité. Au programme, les 24 et 25 juillet : Marc Minkowski et Les Musiciens du Louvre pour des représentations exceptionnelles des Noces de Figaro et de Don Giovanni de Mozart, mises en scène par Romain Gilbert. Toute La Culture vous raconte la première journée de ce Festival.

Par Hélène Miller.

« Quand j’ai une idée, j’y vais »

Médecine du Futur et Opéra, quelle merveilleuse association ! Ce sont les mots qui me viennent à la fin de cette première journée « Meet in Galilée ».

« Quand j’ai une idée, j’y vais », me confie Muriel Haim dans la voiture en route pour la journée médicale. « Ça a été pareil pour « Un cœur pour la paix » ». Car Muriel est aussi la présidente de cette merveilleuse fondation qui a pour but d’aider des enfants palestiniens atteints de malformations cardiaques congénitales. Sous la responsabilité du Professeur Jean-Jacques Rein, plusieurs centaines d’enfants palestiniens ont pu être opérés gratuitement ces dernières années en Israël.

En arrivant à l’hôtel Alma, je suis d’abord frappée par la beauté du lieu : un cadre magnifique, tout de vert et de bleu, surplombant le littoral méditerranéen. Cet endroit magique est situé dans la ville de Zichron Yaakov sur le Mont Carmel, dans le Nord d’Israël.
Cette ville a une histoire fascinante. Elle a été fondée à la fin du 19ème siècle, par une centaine de pionniers. Le terrain rocheux, qui rendait l’agriculture extrêmement difficile, et une épidémie de paludisme ont causé le départ de nombre d’entre eux.
La ville aurait ainsi pu ne rester qu’un projet inabouti, sans la vision du Baron Edmond James de Rothschild qui s’y est rendu quelque temps plus tard. Il devine alors le potentiel de la ville, décide d’en faire une ville viticole, et la renomme “Zichron Yaakov” en mémoire de son père (Zichron signifie Mémorial en hébreu). La Carmel Winery, fondée à cette époque, constitue l’un des vignobles les plus importants d’ Israël.

 

Des orateurs de premier plan

Cet esprit visionnaire, rempli d’espoir, tourné vers l’avenir, c’est celui que l’on a retrouvé lors de chacune des interventions de la journée médicale.
Des orateurs de premier plan venus de France ou d’Israël se sont succédé, afin de nous présenter les dernières avancées scientifiques et les espoirs de demain, devant un public constitué principalement d’experts.
On y a parlé des progrès médicaux dans le domaine de la vision, de la télémédecine, des patients « avatars », de la fécondation in vitro et du diagnostic préimplantatoire.
Ont également été discutés les aspects économiques de la médecine de demain, les données médicales et la médecine personnalisée, ainsi que la recherche médicale.
A 17 heures, remplis de nouvelles connaissances et d’une compréhension plus fine des enjeux actuels, nous nous sommes dirigés, enthousiastes et impatients, vers Saint-Jean d’Acre pour le Festival d’Art Lyrique.

 

Un projet fou

Saint-Jean d’Acre, ou Akko, est une merveille, classée au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco. C’est une ville portuaire fortifiée caractéristique des villes ottomanes des XVIIIe et XIXe siècles .

Il y a quelques années, alors qu’elle visitait la forteresse des Croisés de Saint-Jean d’Acre, Muriel Haim a été subjuguée par la beauté et l’acoustique du lieu. Elle a alors eu l’idée d’y faire jouer les plus grands Opéras. Ce qui aurait pu rester une belle idée, un projet un peu fou, est devenu une réalité que plus de trois cent chanceux s’apprêtent à vivre. Jacques Audibet, Président de l’association « Les Amis du Festival d’Opéra de Saint-Jean d’Acre », a également joué un rôle majeur dans la conception et l’organisation de ces journées.

 

Une représentation exceptionnelle

19 heures 50. Nous entrons dans la forteresse des Croisés. Nous arrivons dans une cour magnifique. Il nous reste un peu de temps pour siroter un petit jus. Les gens arrivent, hauts talons et tenue de soirée. L’appel à la prière du Muezzin résonne dans les murailles d’Akko. Le temps s’arrête. Le soleil commence à se coucher. Le ciel est bleu et mauve. Une fois la nuit tombée, le spectacle pourra enfin commencer.

21 heures. Chacun prend place dans l’amphithéâtre. Les spectateurs sont ébahis par le lieu. On ne sait plus trop où l’on est, on se sent un peu à Orange.

21 heures 15. Les musiciens, qui remplissent l’espace scénique et le chef d’orchestre sont prêts. De nouveau, la voix du Muezzin retentit. On assiste alors à une scène surprenante et magnifique. Une salle de plus de trois cent personnes, et un orchestre au complet : tous attendant, patiemment, la fin de l’appel à la prière .

Silence. Marc Minkowski se tourne vers les musiciens, tenant sa baguette de la main droite. Les premières notes des Noces de Figaro emplissent l’espace avec merveille. Après quelques minutes, Figaro et Suzanna font leur entrée.

On assiste alors à plus de deux heures trente d’une représentation exceptionnelle. Les performances vocales comme le jeu d’acteur sont tout simplement magiques. On sent une parfaite harmonie entre les voix, les instruments de musique, le chef d’orchestre et la salle.
Les spectateurs vibrent, s’émerveillent et rient face aux multiples retournements de situations et stratagèmes mis en place par les personnages jusqu’à la scène finale.

Minuit et demi. Standing ovation. Les visages sont souriants, les yeux sont rêveurs, les esprits apaisés. Attendez, ce n’est pas tout ! Le 24 juillet, c’est aussi l’anniversaire de Muriel Haim, et l’orchestre joue la mélodie que l’on connait tous pour cette occasion festive !
On se dirige vers la sortie, déjà impatients de revenir le lendemain pour Don Giovanni…

visuels (c) HM

Victor Prouvé et le grand décor de l’Art Nouveau
Avignon OFF 2022 : Petit guide de manipulation de l’opinion en démocratie
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture