Medias
Nouvelle procédure de nomination pour Radio France

Nouvelle procédure de nomination pour Radio France

19 novembre 2013 | PAR Mélanie Taverny

logo_radiofrance1

La loi de l’indépendance de l’audiovisuel public a donné le top départ au processus de nomination du futur président de Radio France. Validée le 14 novembre par le Conseil constitutionnel, elle donne les pleins pouvoirs au CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel) dirigé par Olivier Schrameck pour la nomination des présidents de l’audiovisuel public.

Mise en œuvre, le 11 mai prochain, le mandat de Jean-Luc Hees prendra fin, et il abandonnera la place que l’ancien président Nicolas Sarkozy lui avait attribué. Les rumeurs tombent déjà et des noms apparaissent comme potentiels prétendants allant de Bruno Patino (directeur général délégué aux programmes de France Télévisions) à Marie-Christine Saragosse (présidente de France Media Monde anciennement appelé Audiovisuel Extérieur de la France). Premièrement, les membres du Conseil supérieur de l’audiovisuel, à la tête désormais de ces nouvelles nominations devront se réunir pour débattre et déterminer leur mode opératoire. Seulement, un flou total couvre cette nomination car on ignore le nombre de candidat à cette élection et on ne sait si l’actuel directeur Jean-Luc Hees briguera un nouveau mandat. On sait juste que ce nouveau président sera nommé au plus tard le 11 mars 2014 pour ne pas excéder deux mois de battement entre l’ancien et le nouveau directeur.

Le secret fait parler et l’une des questions majeures du CSA sera de savoir s’il doit rendre publiques ou non ces candidatures, et au-delà, la présentation des projets des potentiels candidats. En avril 2009, l’audition de Jean-Luc Hees devant l’instance de régulation avait été publique et retransmise sur le site du CSA. Seulement, à l’époque, la procédure de nomination était toute autre: son nom avait été proposé au CSA par le président de la République, qui avait donné un avis conforme ainsi que les commissions parlementaires chargées des affaires culturelles. Finalement, pas plus de trois cinquièmes de ses membres ne s’y étaient opposés. Mais maintenant que le CSA a les pleins pouvoirs, la procédure de nomination fera peut être preuve d’aucune transparence concernant  la démarche et le programme des candidats pour un meilleur jugement. L’ignorance ne règne pas cependant car un décision du Conseil constitutionnel de juillet 2000 indique que ces discussions doivent se mener à huit clos, seulement, depuis cette date, les processus de nomination ont changé deux fois. Mais une certitude s’impose, le prochain président de Radio France sera nommé pour cinq ans!

Visuel  : © logo de Radio France

300 millions d’années en une exposition à la Villa Méditerranée à Marseille
L’échange des princesses, un beau roman cruel de Chantal Thomas
Mélanie Taverny

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *