Medias
Les dessins de Luz pour parler des attentats

Les dessins de Luz pour parler des attentats

07 décembre 2015 | PAR Pauline L'Huillier

Depuis que le dessinateur Luz a quitté Charlie Hebdo fin septembre, on n’avait pas revu ses dessins dans la presse. Les revoilà, et cette fois, en couverture du numéro de décembre de la revue Les Cahiers du cinéma

« Si je me barre, c’est que c’est difficile pour moi de travailler sur l’actualité (…) Ca n’arrive plus à m’intéresser, en fait, ce retour à la vie normale de dessinateur de presse. Beaucoup de gens me poussent à continuer, mais ils oublient que le souci, c’est l’inspiration ». C’est ce qu’avait déclaré l’ancien dessinateur du journal Charlie Hebdo après avoir quitté sa rédaction.

L’actualité récente lui a visiblement rendu l’inspiration pour cette couverture criante de douleur. Sur un fond noir, on y voit une femme au bras arraché, hurlant, à quelques pas d’une terrasse saccagée. Une référence évidente aux attentats qui ont frappé les Xe et XIIe arrondissements de Paris. La femme en larmes dessinée par Luz n’est autre que Charlize Theron alias Impératrice Furiosa.

Dans son édito, le rédacteur en chef de la célèbre revue, Stéphane Delorme, explique que cette collaboration avec Luz était prévue de longue date pour le numéro de fin d’année. « Quand nous l’avons contacté, il nous a proposé un dessin autour de Mad Max: Fury Road, dont le cortège fou et le délire pyrotechnique ont su avaler cette année sale et hystérique », écrit le rédacteur en chef. « Et puis le vendredi 13 novembre est arrivé comme un écho effrayant du 7 janvier, refermant l’année dans un silence de mort », poursuit Stéphane Delorme. « Luz deux jours plus tard nous a envoyé le dessin que vous voyez en couverture. Un dessin tragique, sinistre, effroyable. Mad Max dans les rues de Paris. La barbarie balayant les tables de bistrot. La tour Eiffel pointant timidement en haut du dessin. L’héroïne du film de George Miller, déplacée des sables du désert sur les vieux pavés de la capitale, pleurant de douleur et de rage mais, comme nous l’a dit Luz avec un clin d’œil, « sans baisser les bras ». »

VISUEL : ©DR

« Rouge décanté », couleur tenace
Top 10 des événements culturels de la semaine du 7 décembre
Pauline L'Huillier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *