Medias
Le magazine « Têtu » proche de la fin

Le magazine « Têtu » proche de la fin

15 juillet 2015 | PAR Elodie Schwartz

En crise financière depuis quelques années, Têtu est menacé de liquidation judiciaire et pourrait ne plus jamais voir le jour, faute de repreneur. Un appel à soutien a été lancé…

Le numéro 212, dont le chanteur Mika fait la couverture, pourrait bien être le dernier de Têtu et sa rédaction. « Faute de solution à même d’assurer l’avenir du journal, le redressement judiciaire prononcé le 1er juin devrait déboucher sur une liquidation judiciaire », explique L’Express. Le titre, destiné à la communauté gay, bénéficiait d’une période d’observation de quatre mois qui sera finalement plus courte que prévue tant ses difficultés financières sont grandes. L’audience du tribunal de commerce de Paris est donc fixée au 23 juillet. Date à laquelle tout pourrait s’arrêter pour ce journal âgé de vingt ans.

Deux offres de reprise jugées insuffisantes

La rédaction de Têtu, réduite à neuf membres permanents, est plus que jamais menacée. Pourtant, comme le révèle Le Monde, deux offres de reprise dont une initiative de crowdfunding ont été déposées. Mais l’administrateur judiciaire les a jugé « insuffisantes ». Pierre Bergé, propriétaire du magazine, a longtemps financé Têtu jusqu’à son rachat pour un euro symbolique en 2013 par Jean-Jacques Augier. Depuis, les pertes du titre ont été réduites au prix de sévères coupes budgétaires : passant de 2,35 millions d’euros en 2013, à 1,1 million en 2014 et 500 000 euros cette année. Toutefois, précise le journal, « les ventes de Têtu sont passées sous les 30 000 exemplaires. »

Un avenir incertain

Selon le propriétaire du magazine pour hommes, Têtu paye son isolement puisqu’il ne fait partie d’aucun groupe de presse. Et pour lui, « seule son intégration dans un groupe pourrait lui permettre de surmonter ses difficultés ». Mais pour le moment, les investisseurs s’étant intéressés au titre « ne semblent pas convaincus de l’apport du magazine au sein d’un groupe de presse » a déclaré au Monde le directeur de la rédaction, Yannick Barbe. Pour certains, « mieux vaut récupérer la marque une fois la liquidation prononcée ».

Têtu lance un appel à soutien

Face à cette crise et le possible arrêt du journal, la rédaction s’attend au pire. La préparation du numéro de septembre a même été suspendue. « Les choses sont allées très vite, on a été pris de court », aurait confié Sylvain Zimmermann, rédacteur en chef adjoint et responsable du service culture du magazine. De leur côté, les salariés ont lancé un appel à soutien aux décideurs et investisseurs sensibles à « l’importance de porter une information différente, respectueuse des personnes LGBT, et soucieuse du vivre-ensemble ».

Visuel : © Affiche officielle du numéro 212 de Têtu

[Interview] Samy El Moudni, fondateur du Château Perché Festival : « j’ai voulu secouer la scène clermontoise »
L’actrice Léna Dunham lance une newsletter féministe
Elodie Schwartz

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *