Medias
Le magazine « Têtu » met la clé sous la porte

Le magazine « Têtu » met la clé sous la porte

24 juillet 2015 | PAR Elodie Schwartz

Faute de repreneur, le magazine Têtu a été placé, jeudi, en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce. Tous ses employés ont été licenciés. Depuis quelques années, le journal LGBT faisait face à une importante crise financière…

La mauvaise nouvelle était attendue. En proie à des difficultés financières et tombé sous la barre des 30 000 exemplaires vendus en 2014, le seul mensuel gay français a été placé en liquidation judiciaire jeudi 23 juillet par le tribunal de commerce, faute de repreneur. Une information révélée par le directeur de la rédaction, Yannick Barbe. Le numéro de juillet-août 2015, qui met à l’honneur le chanteur Mika, est donc le dernier. « Tout le monde est licencié. Cela fait une dizaine de personnes, dont cinq journalistes », a précisé Yannick Barbe à l’AFP. Cette décision intervient alors que le magazine venait de fêter ses 20 ans et avait été placé en redressement judiciaire début juin.

Pendant 18 ans, Têtu a été financé par son propriétaire et mécène, Pierre Bergé, « qui a épongé des pertes de plusieurs dizaines de millions d’euros, avant de le revendre pour un euro symbolique à Jean-Jacques Augier, un proche de François Hollande », précise France 24. Il a encore perdu deux millions d’euros en 2013 et 1,1 million en 2014, pour un chiffre d’affaires de 2,8 millions. Pour 2015, la perte se chiffre à environ 500 000 euros.

Têtu, magazine d’utilité publique

Interrogé hier sur France Inter, Sylvain Zimmermann, rédacteur en chef adjoint du mensuel, avait manifesté sa peine quant à cette décision de mettre la clé sous la porte. « C’est inacceptable pour ce magazine qui porte les combats des homosexuels depuis 20 ans », avait-il déclaré, espérant qu’un repreneur se manifeste d’ici la décision de justice. « Têtu a donné une visibilité à l’homosexualité partout en France, il leur a souvent permis de faire leur coming-out. C’est un magazine d’utilité publique », avait-il ajouté.

Têtu, devenu « mou du cul »? (D. Lestrade)

A l’inverse, ce matin, Didier Lestrade, co-fondateur de Têtu en 1995, dans une interview accordée à Libération déclare : « On parle de cette liquidation comme si c’était un peu triste, ça l’est. Mais personne ne va plus loin pour expliquer pourquoi Têtu, et le site Yagg sont confrontés à de telles difficultés ». Pour lui, Têtu a « complètement raté le coche d’internet ».

« Le gros problème de Têtu c’est qu’il est détesté par tout le monde, comme le journal de style de vie et de crème solaires », a-t-il ajouté, jugeant que Têtu était « devenu mou du cul ». Une interview assassine le jour de la mise en liquidation judiciaire jugée « immonde » par le directeur de la rédaction du mensuel.

La marque Têtu devrait être mise aux enchères à la rentrée. « On espère que ça tombera dans des mains bienveillantes », a souhaité Yannick Barbe. En attendant, tous ses membres évoquent leur « grande tristesse » au travers d’un communiqué mais disent « merci » à tous ceux qui soutiennent leur cause. Car même si Têtu n’est plus, « son esprit et ses combats doivent perdurer ».

Visuel : © Couverture officielle du dernier numéro de Têtu

Les soirées du week-end du 24 Juillet
[Paris Quartier d’Été] A Coming Community au Carreau du Temple
Elodie Schwartz

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *