Medias
Disparition de Jean-Christophe Victor, l’homme du « Dessous des cartes »

Disparition de Jean-Christophe Victor, l’homme du « Dessous des cartes »

30 décembre 2016 | PAR Léa Sanchez

Le spécialiste de géopolitique Jean-Christophe Victor, créateur de l’émission “le Dessous des cartes” sur Arte et fondateur du Laboratoire d’études politiques et d’analyses cartographiques, s’est éteint le 28 décembre.

jcvictor

Sur Arte, “Le Dessous des Cartes” était devenue culte pour les amateurs de géopolitique. Décédé mercredi à l’âge de 69 ans, comme l’a annoncé Le Monde, Jean-Christophe Victor présentait cette émission chaque semaine depuis 1990. A travers elle, ce fils de l’explorateur Paul-Émile Victor et de la journaliste de télévision Éliane Decrais, avait en quelque sorte marié les passions de ces parents.

Il y utilisait des cartes de géographie pour raconter les relations internationales, le monde et ses enjeux. Au programme des dernières émissions diffusées : la convoitise des Etats pour l’Antarctique, la catastrophe humanitaire d’Haiti, le potentiel de l’énergie solaire pour “transformer le paysage énergétique mondial”…

Vingt-six ans à la tête du Dessous des Cartes

Dans un communiqué, Véronique Cayla, la Présidente d’Arte France a salué “son intégrité, sa passion pour transmettre et faire comprendre simplement les sujets les plus complexes”. C’est également un “incomparable pédagogue de la mondialisation et de ses enjeux” et “homme de culture, de dialogue et d’engagements” auquel a rendu hommage le Quai d’Orsay, où Jean-Christophe Victor avait travaillé au début de sa carrière.

Diplômé en chinois de l’Institut national des langues et civilisations orientales et titulaire d’un doctorat en anthropologie, il occupe d’abord un poste en Afghanistan. Plus tard, après plusieurs postes diplomatiques en Asie, il rejoint le Centre d’analyse et de prévision à Paris et enseigne la géopolitique dans différents établissements tels que l’Ecole de guerre.

Une vie de transmission et d’engagement

L’homme enchaîne les séminaires, les conférences et les projets, comme L’Espace des mondes polaires, dont l’ouverture est prévue début 2017 dans le Jura. Son goût pour la transmission passe également par l’écriture de plusieurs ouvrages. Quelques jours avant sa mort, à l’occasion de la sortie de son dernier ouvrage le Dessous des cartes Asie, il avait expliqué à Libération sa découverte : « On s’est aperçu que Google Maps mentait », en éditant des cartes  en accord avec la vision de chaque pays et non la référence internationale des Nations Unies.

« Si vous êtes à Pékin, vous avez une certaine frontière dans l’Himalaya et qu’à Delhi, vous en avez une autre (…) Google accepte de faire disparaître des territoires entiers pour conquérir des marchés. C’est une profonde malhonnêteté intellectuelle » dénonçait cet expert en géopolitique engagé. Au long de sa vie, il s’est impliqué différentes causes comme celle d’Action contre la faim, dont il est l’un des cofondateurs.

En 1991, un an après avoir créé son émission Le Dessous des Cartes qui sera diffusée sur La Sept avant Arte, il cofonde le Laboratoire d’études politiques et cartographiques (Lepac) avec sa compagne Virginie Raisson, chercheuse en relations internationales. Sur Facebook, celle-ci lui a rendu hommage : “Je veux croire qu’il a rejoint son père au paradis des grands hommes. Ceux qui transmettent l’essentiel”.

Visuel : capture d’écran – Jean-Christophe Victor dans le Dessous des Cartes – 2037, un monde décarboné ?

Le Centre Pompidou souffle ses 40 bougies
Bilan, analyse et classement du box-office français 2016  : le ciné familial US et Omar Sy au sommet
Léa Sanchez

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *