A l'affiche
Bilan, analyse et classement du box-office français 2016  : le ciné familial US et Omar Sy au sommet

Bilan, analyse et classement du box-office français 2016  : le ciné familial US et Omar Sy au sommet

30 décembre 2016 | PAR Gilles Herail

Le box-office français confirme sa bonne forme avec plus de 210 millions d’entrées cumulées tout au long de l’année 2016 (chiffres définitifs à venir). Le cinéma familial américain est à la fête et place 6 productions dans le top 10 (sans compter Star Wars Rogue One) alors qu’Omar Sy confirme qu’il est le comédien français le plus populaire du moment. Retour en chiffres sur les tops, les flops et le classement annuel du box-office français.

vaiana

Le cinéma familial américain en grande forme

Les productions animées Hollywoodiennes ont la cote et trustent près de la moitié des places du top 10 annuel. Le retour en force de Disney, observé depuis quelques années, se confirme avec les larges succès populaires de Vaiana et Zootopie qui ont chacun attiré 5 millions de spectateurs. Le studio associé Pixar n’a pas démérité avec 3.5 millions pour Le monde de Dory alors que la concurrence s’en est aussi très bien tirée (3.6 millions pour Comme des bêtes, 3.5 pour L’âge de glace 4, 2.7 pour Les Trolls, 2.6 pour Kung Fu Panda 3, 1.8 pour Alvin et les chipmunks à fond la caisse). La prédominance du cinéma familial américain dépasse le secteur de l’animation avec les résultats tout aussi excellents du Livre de la jungle (3.7 millions), Les animaux fantastiques (3.8 millions) ou encore Miss Peregrine (2.7 millions).

Deadpool poster France bip

La science-fiction et les super-héros toujours à l’honneur

La domination Marvel a cette année été remise en cause par le triomphe de Deadpool, anti-héros malpoli brillamment interprété par Ryan Reynolds, qui a attiré près de 4 millions de spectateurs. Une formule reprise par Suicide Squad, réunissant une galerie de « villains », pas franchement adeptes du sauvetage de veuves et d’orphelins avec à la clef 2.3 millions d’entrées. Marvel place malgré tout deux productions maison dans le top 20 avec près de 3 millions de tickets vendus pour Captain America Civil War et un peu moins de 2 millions pour Doctor Strange, introduisant un nouveau personnage (et donc une énième nouvelle franchise à venir). DC Comics a en revanche déçu avec Batman vs Superman, qui visait bien mieux que 2.5 millions et a souffert d’un bouche-à-oreille franchement mitigé. Le genre de la science-fiction garde lui toujours ses adeptes, aussi bien dans ses pendants space-opera (5 millions espérés pour Star Wars Rogue One) ou adolescents (Divergente 3, solide avec 2 millions de fans).

lesvisiteurs3

Les grosses productions françaises à la peine

Les suites attendues du cinéma français n’ont pour la plupart pas rempli leur contrat, à l’exception des Tuches 2 (qui triomphe avec 4.6 millions d’entrées) et Camping 3 (qui approche le score du 2 avec 3.2 millions). Les visiteurs 3 (2 millions), Brice 2/3 (1.9 million), Papa ou maman 2 (1 million) et La tour 2 contrôle infernale (400.000) ont ainsi réalisé des scores largement en deçà des espérances. Les déceptions ont également été nombreuses du côté des gros budgets avec seulement 1.2 millions pour L’odyssée, 1 million pour Les saisons, 500.000 pour Cézanne et moi et Tout schuss, moins de 400.000 pour Débarquement immédiat et Le fantôme de Canterville et un désastreux 80.000 pour L’histoire de l’amour. Les succès français de l’année ont souvent été des surprises qui confirment l’émergence d’une nouvelle génération, notamment comique, qui commence à prendre son envol.

pattaya

Les nouveaux noms qui comptent au sein du cinéma français

Dany Boon a une nouvelle fois séduit un large public (3 millions de spectateurs pour Radin) mais Omar Sy confirme sa place à part en plaçant deux films plus difficiles dans le top 20 (2 millions d’entrées pour Chocolat et Demain tout commence). Franck Gastambide a doublé le score de son premier film Les Kaira) avec Pattaya (2 millions de spectateurs). Le Palmashow a réussi son passage sur grand écran avec La folle histoire de Max et Léon (plus d’1 million). Marilou Berry confirme sa capacité à porter un film sur ses seules épaules avec Joséphine s’arrondit (900.000 entrées) et Alexandra Lamy a rencontré pour la première fois un vrai succès populaire (2 millions pour Retour chez ma mère). Rayane Bensetti et Kev Adams n’ont pas démérité avec Tamara (800.000 entrées) et Amis publics (700.000 entrées dans un genre nouveau pour le comédien M6). Plusieurs premiers films ont également surperformé : La Vache de Mohamed Hamidi (1.2 million). Five (Igor Gotesman), Bienvenue à Marly-Gaumont (Kamini/Julien Rambaldi) et Divines (Houda Benyamina).

the_revenant

Une confiance renouvelée envers les grands noms de la mise-en-scène

La France reste un pays cinéphile qui offre de larges succès publics à des films plus difficiles, réalisés par des grands noms de la mise-en-scène. The Revenant d’Inarritu avec Leonardo DiCaprio a ainsi attiré près de 4 millions d’amateurs de cinéma sensoriel, échouant non loin du podium annuel. Tarantino (1.8 millions pour les 8 salopards), Stallone (1.6 pour Creed), Eastwood (1.2 pour Sully), Woody Allen (1 million pour Café Society), Dolan (1 million pour Juste la fin du monde), Ken Loach (900.000 pour Moi Daniel Blake) et Almodovar (800.000 pour Julieta) ont également fait le plein, attirant comme toujours leur socle de fidèlesLes cinéastes d’auteur français ont de leur côté confirmé leur présence discrète mais solide avec les bons résultats de Frantz de François Ozon, Mal de Pierre de Nicole Garcia, Les Innocentes d’Anne Fontaine, Ma Loute de Bruno Dumont et Saint Amour de Délépine et Kervern.

mercipatron

Quelques (rares) belles histoires du côté des documentaires et des films étrangers

La success-story la plus improbable de l’année s’appelle Merci Patron, OFNI de Ruffin (Fakir), entre documentaire et comédie d’arnaque, qui a attiré plus de 500.000 spectateurs en salles! Belle histoire également pour Toni Erdmann, porté par sa bonne rumeur cannoise et par un bouche-à-oreille enthousiaste. L’année a été exceptionnelle pour le cinéma coréen dont deux productions (Mademoiselle et Dernier train pour Busan) ont approché les 300.000 entrées. En dehors de ces quelques exceptions, il faut chercher bien loin dans le classement pour retrouver les représentants d’un cinéma plus confidentiel (200.000 tickets vendus pour The Assassin, 160.000 pour La saison des femmes et Aquarius, 130.000 pour Folles de Joie ou 100.000 pour Nahid). 

Afin de retrouver l’intégralité du classement et des chiffres, vous pouvez consulter le site Jp-boxoffice qui recense patiemment et méticuleusement l’intégralité des données disponibles. 

Disparition de Jean-Christophe Victor, l’homme du « Dessous des cartes »
« Une nuit à Venise » à l’Opéra de Lyon : Voir Venise et sourire
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *