Medias

Coline Serreau s’en prend à Akhenaton

16 avril 2010 | PAR Gary Serverian

Sur le plateau des Mots de Minuit la réalisatrice a eu des paroles dures et injustifiées envers le rappeur.

Le 14 avril dernier Coline Serreau et Akhenaton sont invités dans l’émission Des Mots de Minuit. La première est venue pour assurer la promotion de son documentaire Des Solutions Locales pour un Désastre Global. Le second y présente sa biographie, La Face B, écrite en collaboration avec Eric Mandel, journaliste au JDD . Chill ouvre le bal. Détendu il retrace les différents moments qui ont marqué sa vie et sa carrière. L’artiste donne aussi sa vision de la France et de ses quartiers populaires. Implicitement il décrit la fracture économique qui les ronge en la désignant comme la source du mal. Les jeunes des cités fantasment devant une société de consommation qu’ils ne peuvent toucher que du bout du doigt. Ils rêvent de grosses baskets, de jeans Levi’s et de belles nanas. Aie.

Pour Coline Serreau la pilule ne passe pas. Invitée à participer à la discussion, elle retarde son intervention. La réalisatrice se contente de pointer la « bêtise » des propos d’AKH et de la matraquer du regard. Mais la discussion aura finalement lieu. Coline Serreau avait besoin de se soulager. Dans un élan vomitif elle accuse implicitement le rappeur d’être un affreux misogyne. Accusation réfutée par Philippe Lefait et ses invités. Visiblement la réalisatrice n’a pas compris le sens de ses propos. Diplomate, Akhenaton calme le jeu. Les flingues, la violence, les « bimbos stringuées », ce n’est pas son truc et encore moins son fonds de commerce. S’il insiste sur ces rêves de gosses ( la grosse voiture, les grosses bulles d’air, les belles nanas ) c’est pour mieux s’en émanciper. Dans son ensemble le rap est un genre musical gonflé à la testostérone mais tous les rappeurs ne sont pas misogynes.

De plus Akhenaton n’est pas un illustre inconnu. C’est un pilier du mouvement hip hop en France. Dans divers albums et sur plusieurs supports ( discographique, cinématographique et maintenant littéraire ) Chill a eu l’occasion d’exposer sa vision de la femme. Et Coline Serreau, qui se place en fine connaisseuse du rap français, devrait savoir que l’accuser d’être misogyne est complètement hors de propos. Mais l’essentiel est sans doute ailleurs. Sur le plateau, à part Philippe Lefait, personne ne connaissait la discographie de l’artiste. Et personne n’a été choqué par les propos qu’il a tenus. Personne à part Coline Serreau. Pour le coup la réalisatrice a réagi en « chienne de garde » et remis au goût du jour l’expérience des chiens de Pavlov. En ne retenant que certains mots qu’elle a ensuite désolidarisés de leur contexte pour s’en prendre à AKH, Serreau a fait fausse route. Par la même, la réalisatrice de Trois Hommes et un Couffin a desservi la cause qu’elle défend et qui mérite d’être défendue.

Des Mots de Minuit, émission 14 avril 2010.

De l’art primitif à l’art primordial : le Pavillon des Sessions fête 10 ans d’échange culturel
Kubrick par Scarlett Johansson
Gary Serverian

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *