Actu

Marine Le Pen annule sa venue sur France Inter : le coup de gueule de Patrick Cohen

Marine Le Pen annule sa venue sur France Inter : le coup de gueule de Patrick Cohen

12 avril 2017 | PAR Laetitia Zicavo

Marine Le Pen a annulé sa venue sur France Inter, prévue mardi 11 avril, ce qui a déclenché la colère de Patrick Cohen, l’animateur de la matinale de la station de radio publique, qui dénonce la « désinvolture » de son équipe de campagne. 

 

L’annulation de la présidente du Front national deux jours avant son passage sur France Inter à quelques jours du premier tour, n’est pas passée pour Patrick Cohen. Hier matin, Marine Le Pen était en effet prévue au programme de la matinale, mais l’auditeur a dû se contenter à la place d’un coup de gueule de l’animateur, fortement agacé de cette annulation de dernière minute. Il explique que :  » Marine Le Pen nous a plantés. La candidate du Front national devait répondre à nos questions ce matin, rendez-vous calé il y a plusieurs semaines annulé par son équipe avant-hier soir, juste après le début de la polémique sur le Vel’ d’Hiv  » .

Le journaliste dénonce surtout la « désinvolture » de l’équipe de campagne qui n’a pas proposé de date pour remplacer le rendez-vous manqué, ce qui « nous plonge dans une situation impossible dans cette période d’égalité du temps de parole » , précisait Patrick Cohen. La campagne présidentielle est en effet entrée dans une nouvelle phase puisque, depuis lundi 3 avril, chacun de 11 candidats a le droit à un temps de parole égal, ce qui oblige les médias audiovisuels à se soumettre à une certaine organisation. « Or, à l’impossible nul n’est tenu. Si les candidats ne tiennent pas leurs engagements, il n’est pas sûr que nous puissions tenir les nôtres » , a-t-il conclu avant de remercier Nicolas Dupont-Aignan, candidat de Debout la France, qui a accepté de remplacer Marine Le Pen au pied levé.

Ce désistement fait suite à la polémique déclenchée par la présidente du FN dimanche, au micro de l’émission Le Grand Jury sur RTL durant laquelle elle a jugé que la France n’était pas responsable de la rafle du Vel d’Hiv. La candidate à l’élection présidentielle revient ainsi sur la déclaration officielle de Jacques Chirac qui avait reconnu en juillet 1995 le rôle de la France dans cet événement tragique. Malgré le tollé provoqué par de tels propos, le FN ne dément toujours pas.

 Visuel : © CC/Flickr The Globalpanorama

Les sorties cinéma de la semaine du 12 avril
[Carrosse d’Or] Une journée consacrée à Werner Herzog à Cannes
Laetitia Zicavo

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *