Actu
Les Zébrures d’automne 2021, festival des Francophonies

Les Zébrures d’automne 2021, festival des Francophonies

22 juin 2021 | PAR Léna Saint Jalmes

Plus de 50 œuvres seront proposées entre le 22 septembre et le 2 octobre aux Zébrures d’automne. Des artistes, locaux comme internationaux, nous donnent rendez-vous à Limoges pour du théâtre, de la danse et de la musique.

Le festival les Zébrures d’automne se tiendra du 22 septembre au 2 octobre 2021. Pendant les dix jours, l’entrée est libre et gratuite à la caserne Marceau – lieu central du Festival -. Au programme : théâtre, danse, musique, ateliers et table ronde, prix littéraire et même exposition ! Les différentes disciplines se croisent et se rencontrent. Cette année, parmi les multiples créations des mondes francophones, un focus est fait sur le Moyen-Orient et l’Asie.

A cause de la pandémie, certaines créations n’ont pas pu être accueillies, en partie à cause des plausibles difficultés d’obtention de visa (Etat) et laisser-passer (ministère des Affaires Étrangères) pour les artistes. Néanmoins, des artistes locaux et certains internationaux pourront être présents. Par ailleurs, la plupart des auteurs des pièces seront présents et tous les jours à midi des séances de dédicaces seront proposés.

Pour cette nouvelle édition, Kamilya Jubran, chanteuse et oudiste, ainsi que Sarah Murcia, contrebassiste et compositrice ouvriront le bal à l’Opéra. Ce concert « Malek » a été spécialement créé pour l’occasion. Il sera joué avec les musiciens de l’Orchestre Régional de Normandie.

« On n’a pas dit notre dernier mot » – Hassane Kassi Kouyaté.

C’est peut-être la dernière année que le festival à lieu à la caserne Marceau. Rien n’a encore été officiellement acté mais les doutes planent. Mais Hassane Kassi Kouyaté n’ose pas imaginé ce qui se passerait si ce lieu leur était retiré, « cela pose des grands problèmes pour la suite de notre manifestation. […] On se battra pour avoir ce lieu ».

Des dizaines d’oeuvres seront présentées durant ces 11 jours. Au théâtre de l’Union nous pourront découvrir le théâtre Indianostrum installé à Pondichéry (Inde) qui présentera Flying Chariots. Mais aussi les textes de l’autrice libanaise Hala Moughanie dans La mer est ma nation. Elle y évoque l’exil, le déracinement et la territorialité, mais également le désastre écologique, les stigmates de la guerre et le patriarcat. Dans Il pleut des humains sur nos pavés, il est question de la violence des bidons villes et de l’intégration de l’immigration. Sèdjro Giovanni Houansou nous interroge : peut-on être étranger dans son propre pays ?

Pour petits et grands

Il n’y aura pas de quoi s’ennuyer ! Un Tuk-tuk est transformé en lieu de spectacle ! On prend place dans ce petit véhicule pour un voyage en seulement 10 minutes. Certains ont su s’adapter aux conditions sanitaires, Le Macabre carnaval, originellement un théâtre de rue, s’est modifier pour avoir lieu dans la caserne Marceau. On y découvre un mélange de théâtre, danse, musique et même marionnettes. Il y a en pas tous les goûts et tous les âges. Down Tiger Down d’Audrey Dero est à partir de 5 ans seulement. Le spectacle visuel se déroule dans une petite tonnelle, on entre dans une rêverie et on apprend à dompter ses peurs.

Enfin, pour ce qui est purement musical, bonne déjà, hier les concerts debout ont été ré-autorisés à partir de fin juin. Treize propositions musicales auront donc lieu. La jeune Liraz, qui a vécu à Tel-Aviv avec des parents Iraniens, aborde, en autre, la difficile place de la femme dans la société iranienne. Tout cela en langue farsi sur de la pop-électro des années 70. Le trio français Brama revisite lui aussi la tradition pour faire danser la foule. Encore pleins d’autres artistes de tous horizons seront à découvrir dès le 22 septembre aux Zébrures d’automne !

 

Visuel : affiche du festival.

Voyage à Lille vers de très contemporaines « Latitudes »
Un nouveau programme de résidences d’artistes avec Art Explora
Léna Saint Jalmes

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture