Actu
Les principaux groupes TV privés d’Europe sont en croissance

Les principaux groupes TV privés d’Europe sont en croissance

16 avril 2013 | PAR Marie Pichereau

Depuis 1995, l’Annuaire de l’Observatoire européen de l’audiovisuel fournit une synthèse de données fondamentales sur le paysage audiovisuel (cinéma, télévision et vidéo) dans 39 pays européens ainsi qu’au Japon et aux États-Unis. Cette année les chiffres ont tombés : les groupes de Tv privés ne semblent pas connaître la crise.

Alors que l’Union européenne a vu son PIB reculer de près de -0,3 % en 2012, les 20 principales entreprises de télévision d’Europe ont connu une croissance interne de 1,9 %. Pour rentrer dans les détails ce sont les groupes de télévision à péage (c’est à dire chaînes qui incluent la distribution de bouquets de télévision et la fourniture de leurs propres chaînes thématiques ainsi que de services audiovisuels à la demande (services de VoD et/ou de télévision de rattrapage), qui obtiennent les meilleures postures. En effet, il faut croire que les européens continuent à s’abonner aux nouveaux services payants malgré la récession. Le taux de croissance interne global s’élève à 3,7%.

Les groupes financés par la publicité n’ont donc plus le monopole, leurs recettes auraient même diminuées de 1%. C’est un peu la grande surprise de ces données annuelles. Les groupes essentiellement financés par la « pub » ont enregistré des résultats contrastés. Par exemple, le groupe RTL et ProSiebenSat.1 Media AG ont connu une croissance significative (respectivement 4 % et 7,7 %). Cette progression est principalement due à la réussite des activités de diversification (chaînes thématiques, services audiovisuels à la demande, production et ventes de programmes en Europe ainsi que sur le marché américain). D’un autre côté certains connaissent une diminution. Ainsi, les recettes du groupe français TF1 (premier groupe privé de télévision en France) ne progressent pas pour la deuxième année consécutive. Une diminution importante du marché de la publicité télévisée en Italie, en Espagne et en Europe de l’Est aura également affecté pour l’année 2012, les recettes de Mediaset (-12,5 %), d’Antena 3 (-7,9 %), de CME (-10,7 %) et de TVN (-7,8 %).

De l’autre côté de la Manche les groupes américains affichent toujours de meilleurs résultats que les groupes européens : les groupes principalement contrôlés par des actionnaires américains représentent 42,8 % du total et ont affiché un taux de croissance interne plus élevé (2,9 %). Les européens ont donc de la marge avant de pouvoir rivaliser sérieusement avec les Etats-Unis.

Visuels : Capture d’écran.

Gagnez 5 sweat-shirts du film « The Grandmaster »
Richard Bellia exposé au Café de la Danse : clap your hands
Marie Pichereau

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture