Actu
Les intermittents du spectacle ont pris la rue le 16 juin

Les intermittents du spectacle ont pris la rue le 16 juin

17 juin 2014 | PAR Carlos Dominguez-Lloret

Les intermittents de toute la France se sont mobilisés ce lundi afin de défendre le régime d’indemnisation chômage conféré par leurs statuts.

 

Selon la CGT près de 10.000 manifestants ont protesté hier dans les rues de Paris. Mais La capitale n’a pas été la seule ville prise par la colère des intermittents. Des villes telles que Marseille, Toulouse et Montpellier ont vu les manifestants se lancer dans les rues pour défendre leur régime d’indemnisation chômage.

Selon Le Monde, plusieurs personnalités du milieu culturel comme Philippe Torreton, Alain Françon, Jean-Michel Ribes, Jack Lang, Stanislas Nordey et Daniel Pennac, ont accompagné les manifestants dans la revendication de leurs propos. Selon le journal, les artistes de la Comédie-Française et du Théâtre du Solei ont été aussi présents.

Selon Le Parisien, les organisateurs du Printemps de Comédiens de Montpellier ont décidé de reconduire la grève afin de participer aux manifestations du lundi. À Lyon, Les Nuits de Fourvière se sont aussi mis en grève et la représentation de Phèdre à la Comédie-Française a été annulée. Pour ce qui concerne les émissions de télévision, l’édition de midi du journal Arte a été annulée et une trentaine de studios de post-production et d’animation sont en grève depuis lundi. Les marionnettistes des Guignols de l’Info ont été aussi en arrêt de travail hier soir.

Malgré l’indignation, et les fortes mesures menées par les intermittents ce lundi partout en France, le gouvernement a communiqué qu’il est prêt à remettre à plat le système d’assurance chômage et qu’il est aussi déterminé a ne pas revenir sur l’accord.

Selon le Point, le gouvernement a confirmé aux partenaires sociaux qu’il validera la convention, à laquelle les intermittents s’opposent, dans un rapport remis au Conseil national de l’emploi. Le gouvernement a communiqué que le ministre de l’Emploi « envisage d’agréer la convention du 14 mai et les textes qui lui sont associés » et que la convention « entrera en vigueur le 1er juillet pour une période de deux ans. »

Comme réponse, Denis Gravouil s’est adressé aux manifestants et il a communiqué que : « Le texte ne peut pas être signé, ni aujourd’hui ni au 1er octobre. (…) Il ne s’agit pas de bloquer les festivals, la grève est votée sur place par les artistes et les techniciens. Mais c’est vrai qu’on est prêt à aller au clash si on n’écoute pas nos propositions. »

Le carreau rouge comme symbole de contestation des intermittents

Communiqué de presse du personnel du Festival IN d Avignon ablaustein.niddam gmail.com GmailSelon un communiqué de presse du personnel du Festival d’Avignon, ils sont décidés à emprunter un symbole de solidarité, d’équité et de lutte contre les reformes du gouvernement. Ce symbole est un carreau rouge qui a été proposé en 2004 par le Collectif pour un Québec sans pauvreté.

Le personnel du Festival d’Avignon a décidé de s’approprier ce symbole, et invite tous ceux qui veulent lever leur voix contre l’agrément du protocole du 22 mars, à porter un carreau de tissu rouge épinglé sur le vêtement.

Visuel : ©Festival d’Avignon

Le dossier de la rédaction

Le château du Lude accueille le prix « Pierre-Joseph Redouté », la valeur sûre de la littérature botanique
Le théâtre passe des planches au petit écran
Carlos Dominguez-Lloret

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *