Actu
Le versement des subventions au spectacle vivant conditionné à la lutte contre les violences sexuelles

Le versement des subventions au spectacle vivant conditionné à la lutte contre les violences sexuelles

25 novembre 2021 | PAR Blaise Campion

À l’occasion de la « Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes », la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, a dévoilé ce jeudi un plan de lutte contre les violences et le harcèlement sexuels dans le monde du spectacle vivant. La mesure phare : conditionner les subventions publiques à un engagement des structures en matière de lutte contre ces violences.

Le mois dernier émergeait le mouvement #MeTooThéâtre qui mettait au jour par une vague de témoignages l’ampleur des violences sexuelles dans le monde du spectacle. À l’occasion de la « Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes », le ministère de la Culture a choisi d’annoncer jeudi 25 novembre, par un communiqué, la mise en place d’un plan de lutte contre ces violences.

Ce plan prévoit notamment d’élargir au spectacle vivant un dispositif déjà appliqué à la musique et au cinéma : conditionner les subventions à un certain nombre d’engagements des structures bénéficiaires en matière de lutte contre les violences sexuelles. Parmi ces engagements, se trouvent la mise en conformité avec les obligations du code du travail sur la prévention contre le harcèlement et les violences sexuelles, la création d’un dispositif de signalement interne efficace et l’obligation du traitement de chaque signalement. Le ministère réclame également une sensibilisation formelle du personnel sur ces sujets, ainsi que la formation dès 2022 de « la direction, les encadrants, la DRH et les personnes désignées référentes » au recueil de la parole des victimes de violences.

Selon Le Parisien, 1 249 structures subventionnées seraient concernées, ce qui représenterait plus de 270 millions d’euros d’investissement public ainsi placés sous conditions. Dans l’interview qu’elle a accordé au journal, la ministre a par ailleurs annoncé que 700 000 salariés et intermittents se verraient proposer une formation sur le sujet.

Visuel : Collage de #MetooTheatre. © Anne Cosmao.

« Ce que j’appelle oubli » : le touchant seul-en-scène d’Arnaud Stephan, texte par Laurent Mauvignier
Tyler the Creator et Snoh Aalegra, un duo aussi explosif qu’esthétique
Blaise Campion

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture