Actu

Le Palais de Tokyo fait pétiller le design de la bouteille de Desperados

11 novembre 2009 | PAR Romain Giuseppone

Le palais de Tokyo a la bonne idée de prêter sa mezzanine au collectif d’artistes 9ème concept qui présente leurs dix années de collaboration avec la marque Desperados.

Au départ, produit industriel banal servant à contenir du liquide, la bouteille est devenu un véhicule de design et de publicité lorsque les industriels ont compris l’utilité promotionnelle d’un tel support. Les exemples de design réalisés sur les bouteilles sont nombreux. En témoigne celle de Coca-Cola, pleine de courbes, ou encore d’Absolut Vodka très épurée. Plus loin dans le temps, le Cointreau, alcool cosmopolite, a une bouteille dont la base carrée symbolise les quatre coins du Monde. Aujourd’hui la qualité de l’emballage est un élément distinctif pour une marque. Grâce à cela, elle fait passer un message à décoder par les consommateurs qui se l’approprient et donc adhèrent à son univers.

despe1

Le 9ème concept réalise depuis 1999, l’ensemble des bouteilles Desperados sérigraphiées en série limité. Celles que nous avons l’habitude de commander innocemment, par une belle journée d’été, sur la paillote d’une plage perdu de je ne sais quelle contrée. Un peu comme une énième ritournelle, la bouteille limitée de Desperados vient titiller notre curiosité et notre créativité en se posant en objet salutaire, source de réflexions : « Mais qu’on t’ils voulu nous montrer cette année avec cette bouteille ? » Cette réflexion intérieure s’amoncelle au moment de la croiser sur le coin de notre bar fétiche.

despe2

À la fois source de curiosité non assouvie et d’humour décalé (pour peu qu’on prenne le temps d’en cerner les subtilités), la bouteille de Desperados a tracé son chemin depuis 10 ans. Elle est un témoin de l’évolution du graphisme et donc d’une partie de notre culture. C’est en cela, que l’exposition trouve son intérêt global. Pour comprendre cette évolution, il faut s’intéresser de près, au travail des artistes du collectif qui auront su réaliser des bouteilles sculptées avec du latex ou d’autres avec des sérigraphies à colorier etc… C’est le leitmotiv même de l’opération de faire preuve d’une originalité sans bornes, pour toucher les jeunes urbains branchés. Grâce à ce travail décalé, Desperados aura su devenir un petit objet de culte dans tous les bons bars, voir un standard des moments conviviaux.

Cette originalité participative aura été relayée par l’implication de magazines pointus dans la réalisation d’affiches publicitaires. Technikart, Chronic’art, Trax, Redux n’ont pas dérogé à leurs principes et sont restés dans le cadre de l’originalité qui caractérise leur ligne éditoriale. En partenariat avec le 9ème Concept, ce sont de véritables prints publicitaires collectors présentés sur la Mezzanine du Palais de Tokyo.

despe-3

La panoplie de la marque serait orpheline si un dj ne poussait pas la musique un peu forte. Ah ! Le souvenir pas si lointain où l’on contait fleurette à son amie en dégustant une despé bien fraîche sous les tonnelles avant de s’encanailler avec ses amis lors d’une soirée estivale. L’exposition se complète d’une belle attraction somme toute bénigne dans l’idée, mais qui résume parfaitement le fil créatif du

9ème concept pour Desperados : le Scratch Paper, soit la réalisation de collage et patchwork géant sur un mur de plusieurs mètres à la gloire de la célèbre bouteille. Au-delà de partager une bonne Desperados dans un bar, chacun peut se donner l’impression de participer à l’originalité créative de la marque.

Imagine Desperados by 9ème Concept à la Mezzanine du Palais de Tokyo du 11 novembre au 14 novembre.,13 avenue du président Wilson Paris 8e, m° Iena, Entrée gratuite pour tous.

Fernand Pelez, un sombre poète au Petit Palais
Emily Loizeau Lauréate du prix Constantin
Romain Giuseppone

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *