Actu

« Super Nanny » dans la tourmente

« Super Nanny » dans la tourmente

25 novembre 2016 | PAR Audrey Paillasse

Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) a annoncé dimanche 20 novembre examiner une pétition signée par près de 2 000 téléspectateurs dénonçant les « violences physiques et psychologiques » subies par les enfants qui participent à l’émission Super Nanny d’NT1.

152132-super-nanny-nt1-sylvie-accusee-de-maltraiter-des-animaux-fait-scandale-622x0-1

Elle a repris le rôle de Super Nanny en 2013 après le décès de sa prédécesseur Cathy Sarraï. Sylvie Jenaly, mère de deux enfants, aide les parents à s’en sortir avec une progéniture pas forcément facile à vivre. Réprimandes, cris, pleurs et punitions sont le lot quotidien des téléspectateurs de l’émission, hébergée par les chaînes TF1 et NT1 depuis la rentrée 2016. Pourtant, certains s’inquiètent des interventions de la Super Nanny, qui fait l’objet d’une polémique depuis dimanche dernier.

Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) a reçu le 20 novembre une pétition adressée par Bernadette Gautier, thérapeute dans une association d’aide à la parentalité à Nantes. Lancée il y a déjà trois ans, la pétition a récolté près de 2 000 signatures et a également été envoyée à François Hollande. Elle dénonce « la violence éducative » de l’émission, qui place les enfants dans des « situations dégradantes ». On y trouve des exemples de méthodes jugées douteuses : « tirer les enfants par les bras, quitte parfois à risquer de déboîter une épaule (…) les isoler, même très jeunes, au risque de provoquer chez eux des séquelles psychologiques ».

Des enfants exposés malgré eux

Pour la thérapeute nantaise à l’origine de la pétition, les séquences diffusées à échelle nationale sont susceptibles de provoquer des moqueries de la part des petits camarades des enfants du casting. Elle raconte par exemple : « Dans un récent épisode, on voyait une mère brosser les dents de son garçon de 11 ans. Imaginez les réactions à l’école ». Plus largement, c’est le principe même de l’émission d’NT1 et TF1 qui est remis en cause. Bernadette Gautier explique qu’on a affaire à des enfants filmés dans leur intimité, sans leur consentement  puisqu’ils ne sont généralement pas en âge de se prononcer sur la question.

La boîte de production de l’émission, Shine France, a réagi à la polémique en volant au secours de son animatrice : « Sylvie est une grande professionnelle qui, depuis près de vingt ans, défend le bien-être des enfants. Elle prône une éducation basée sur l’écoute et l’échange au travers de règles et d’un cadre nécessaire aux enfants ». La Super Nanny en question ne s’est pas encore exprimée sur le sujet. Pour la chaîne, la responsabilité revient aux parents de décider si oui ou non ils souhaitent exposer leurs enfants à la télévision.

D’après Le Parisien, le CSA aurait reçu 64 autres plaintes contre l’émission de la part de téléspectateurs depuis la rentrée 2016. Le dossier devrait être examiné la semaine prochaine. Affaire à suivre.

Visuel : ©NT1

Iphigénie : Goethe plus contemporain que Jean-Pierre Vincent
Une ronde de Schnitzler délicatement transposée à la Comédie Française
Audrey Paillasse

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *