Actu

Le contrôle au faciès devient illégal aux Etats-Unis

Le contrôle au faciès devient illégal aux Etats-Unis

09 décembre 2014 | PAR Sarah Hamidou

Le ministre de la justice américaine, Eric Holder, a officialisé lundi dernier l’interdiction pour les policiers de conduire des contrôles au faciès. Cette décision fait suite aux demandes des manifestants, qui s’étaient insurgés contre de récentes bavures, qui avaient coûté la vie a plusieurs afro-américains.

Les Etats Unis franchissent une nouvelle étape dans la lutte anti-racisme. Le ministre de la Justice, Eric Hodler, a fait savoir que le contrôle au faciès, appelé localement  « profilage racial », est dorénavant proscrit pour les policiers américains. Seules quelques exceptions subsistent, à savoir  le contrôle aux frontières, et en cas de menace pour la sécurité nationale. Les américains ne seront donc plus contrôlés en fonction de leur race, leur ethnie, religion, nationalité, sexe et orientation sexuelle. Cette réforme s’applique à tous les policiers fédéraux ou locaux, dès que leur travail est impliqué dans une mission fédérale. En revanche, certains corps de métiers ne sont pas concernés par la nouvelle loi:  celle ci ne s’applique pas à l’armée américaine, ni les divers services de renseignements ou encore les services affiliés à la diplomatie.

Selon une conférence de presse retranscrite par le magazine  Libération, le ministre de la Justice avait annoncé que «Le contrôle au faciès par les forces de l’ordre est non seulement mauvais mais profondément malencontreux et inefficace, car il gaspille nos précieuses ressources et sape la confiance populaire». Ce dernier, qui avait posé sa démission en septembre , semble vouloir marquer la lutte anti-discrimination avant de tirer sa révérence dans les semaines à venir. Selon Hodler, ce dispositif renforcera « de manière significative la défense des droits civiques » des Américains. Une réforme qui tombe à pic, et qui semble répondre majoritairement aux attentes de la population afro-américaine. En effet, dans la nuit de dimanche dernier, plusieurs américains ont manifesté violemment près de Los Angeles  contres les bavures policières et les abus des forces de l’ordre, qui avaient coûté la vie à plusieurs innocents . La même soirée sur la côte Est, plusieurs  New-Yorkais défilaient pour la cinquième nuit consécutive.

Le président Obama a pu quant à lui s’exprimer face à un public principalement noir lundi dernier, sur la chaîne Black entertainment television (BET). Il avait encouragé la jeunesse à « être persévérante » dans la lutte anti-racisme, avant d’ajouter «Cela ne va pas être résolu du jour au lendemain, c’est quelque chose qui est profondément enraciné dans notre société, dans notre histoire»

Dans le même laps de temps, la réforme s’est vue enrichie par l’ouverture de plusieurs enquêtes sur les pratiques policières, visant à éradiquer «un usage excessif de la force», tel que pratiquait la police de Cleveland, à l’origine des manifestations.

 

L’apogée Castellucci, un « Sacre du printemps » parfait, au-delà de l’humain au Festival d’Automne
« Les Fâcheux » à Versailles : Molière comme en son temps, et pas que. Un objet stimulant
Sarah Hamidou

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *