Actu

Mises sur écoute dénoncées par Donald Trump : Revival du Watergate ou liaisons russes?

Mises sur écoute dénoncées par Donald Trump : Revival du Watergate ou liaisons russes?

07 mars 2017 | PAR Hakim Akcha

Donald J. Trump a déclaré ce week-end sur Twitter avoir découvert que son prédécesseur, Barack H. Obama l’avait mis sur écoute en Octobre 2016.

Ce Samedi 4 Mars dernier, l’actuel président des États-Unis d’Amérique, Donald Trump, rédigeait sur Twitter de graves accusations à l’encontre de son prédécesseur. « Comment le président Obama a-t-il pu tomber si bas pour mettre mes téléphones sur écoute durant ce processus électoral sacré. C’est Nixon/Watergate. Un pauvre type (ou un malade)« . Dans une série de cinq tweets, le président explique ainsi que l’ensemble de son quartier général lors de la campagne présidentielle, la Trump Tower, aurait été placé sur écoute à la demande du Président Obama. À noter qu’il ne produit aucune information quant à ses sources ou d’éventuelles preuves. Le lendemain Trump convoque le Congrès et le charge de déterminer, dans le cadre de l’enquête sur les relations entre lui-même et divers acteurs russes (notamment, Alfa Bank et l’ambassadeur russe à Washington, Sergey Kislyak), si l’administration Obama n’a pas outrepassé ses pouvoirs lors de la campagne présidentielle.

Les réponses à ces accusations publiques ne se sont pas faites attendre. En effet, James Clapper, l’ancien chef du renseignement des services américain s’est défendu « qu’aucune opération d’écoute n’avait été mise en oeuvre » en ajoutant notamment que le dossier russe n’avait  à l’époque encore aucune preuve justifiant de telles mesures. Par ailleurs, « Le président Obama, ni aucun responsable de la Maison Blanche, n’ont jamais ordonné la surveillance d’un quelconque citoyen américain » déclare et assure l’un des portes de parole du président Obama, Kévin Lewis. Ce dernier a même ajouté que « toute suggestion du contraire est tout simplement fausse« . Plus généralement, de nombreux experts judiciaires, journalistes d’investigations et juges restent formels et démentent la possibilité pour le président Obama d’avoir pu ordonner lui-même cette supposée surveillance.

Néanmoins, il se pourrait que la Trump Tower est effectivement été placée sur écoute non pas par B. Obama mais par la cour créée à la suite du Foreign Intelligence Surveillance Act ( ou FISA). Cette dernière est l’un des outils les plus puissants et discrets de la justice américaine, elle existe aujourd’hui dans le but de débusquer les ingérences des nations étrangères dans les politiques intra-américaines et ainsi poursuivre les pays qui en sont les instigateurs. Il semblerait donc possible que les renseignements américains aient pensé à des ingérences de Moscou dans la campagne et le processus de la dernière élection présidentielle. De plus, il se pourrait que plusieurs proches de l’actuel président des États-Unis semblent proches de Moscou. On peut notamment penser à l’ex-conseiller à la sécurité nationale de Trump, Michael Flynn, forcé de démissionner à la suite de révélations par la presse américaine d’accords entre l’administration Trump et le Kremlin. Il aurait ainsi assuré à S. Kislyak que Donald Trump irait dans le sens des politiques russes, a contrario des politiques menées par Obama. Plus récemment, l’actuel ministre de la Justice américaine, Jeff Sessions a également été interrogé par le Sénat sur ses nombreuses relations et rencontres avec certaines personnalités et responsables politiques russes…

Finalement, ces quelques tweets rédigés par le président sont susceptibles de mettre en péril son mandat et son administration. En effet, aux États-Unis, Trump est le seul représentant politique à pouvoir déclassifier une enquête des services de renseignements américains. En ce sens, la révéler sur un réseau social aussi influent que Twitter rend cette dernière officielle et permet ainsi à tous (journaliste, juge, experts, etc) d’enquêter et non-plus seulement les agents des renseignements.

Crédits : © Compte Twitter de Donald J. Trump.

Olivia Giacobetti : un nez au parfum
Gagnez 15×2 places/pin’s pour le film Grave
Hakim Akcha

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *