Actu

L’auteur d’ « Un sac de billes » , Joseph Joffo, s’est éteint

L’auteur d’ « Un sac de billes » , Joseph Joffo, s’est éteint

07 décembre 2018 | PAR Loïs Rakotonoera

Joseph Joffo, l’écrivain d’Un sac de billes, roman autobiographique racontant l’histoire de deux enfants juifs, en France, durant la Seconde Guerre mondiale, est décédé hier à l’âge de 87 ans, des suites d’une longue maladie.

Né en 1931 à Paris, Joseph Joffo est le fils d’un coiffeur déporté à Auschwitz et d’une violoniste russe. Il passe son enfance à Montmartre avant que la France tombe sous l’Occupation, puis la collaboration. De là, un long périple commence pour échapper aux nazis. Avec son grand frère Maurice, ils partent jusqu’à Menton puis Nice où leurs parents les rejoignent. Mais ce n’est pas terminé. En 1943, les Allemands envahissent cette zone, ils doivent encore fuir. A l’hôtel Excelsior, ils sont arrêtés par la Gestapo. C’est un prêtre qui les sauvera de la déportation en leur fournissant de faux certificats de baptême. Lui et son frère sortent indemnes de cette terrible période l’histoire. Malheureusement ce ne sera pas le cas de leur père.

La vie reprend alors son cours et Joseph Joffo reprend la boutique de coiffure de son papa, et avec en ouvre plusieurs dans tout Paris. Ce n’est que vingt ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale qu’il décide d’écrire ses souvenirs « pour raconter [sa] vie à [ses] enfants et [ses] petits-enfants » comme il l’indiquait au Parisien dans une interview de mars 2017, à l’occasion de la sortie de la dernière adaptation au cinéma de son livre Un sac de billes. Pourtant celui-ci n’a failli ne jamais voir le jour. Un sac de billes est refusé par une quinzaine de maisons d’édition. C’est Jean-Claude Lattès qui décide de publier le premier roman de Joseph Joffo en 1973. Énorme succès : il est vendu à 22 millions d’exemplaires et traduit dans dix-huit langues, avec deux adaptations au cinéma, l’une par Jacques Doillon en 1975 et l’année dernière par le canadien Christian Duguay. En avril 2011, son roman autobiographique est même adapté en bande-dessinée.

Avec au compteur 17 romans, des contes pour enfants et trois rôles au cinéma, Joseph Joffo restera dans les mémoires comme une référence pour parler de la Shoah aux enfants. En effet, dans les écoles, son ouvrage illustre la Collaboration et la Shoah auprès des enfants. Il était même intervenu dans de nombreux établissements scolaires, notamment pour sensibiliser les jeunes à l’antisémitisme et au racisme. « Nous avons tous le souvenir d’Un sac de billes au fond d’une poche ou d’un cartable », a déclaré Franck Riester, ministre de la Culture, dans un tweet pour lui rendre hommage.

 

Visuel : affiche officielle.

Sebastiao Salgado au Musée de l’Homme « L’art ne peut rien changer tout seul »
Liaisons gourmandes, le désir se déguste dans le noir
Loïs Rakotonoera

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *