Actu
Kirk Douglas : Spartacus est mort !

Kirk Douglas : Spartacus est mort !

07 février 2020 | PAR Hortense Milléquant

Icône de l’âge d’or d’Hollywood, Kirk Douglas, acteur légendaire de Spartacus, est décédé mercredi 5 février, à l’âge de 103 ans.

Naissance d’Izzy Demsky

Né durant la Première Guerre mondiale, en 1916, aux États-Unis, le petit Issur Danielovitch est le quatrième enfant d’une famille qui en compte sept ; il a six sœurs. Issu d’une famille d’émigrés juifs, ses parents viennent de Tchavoussy, en actuelle Biélorussie, ils ont fui la pauvreté et l’antisémitisme qui existent dans l’Empire russe d’alors. Pour mieux s’intégrer à la société, ils américanisent leur nom, ainsi sa mère et son père Bryna et Herschel Danielovitch deviennent Bertha et Harry Demsky. Et le petit Issur, lui, devient dorénavant Izzy Demsky.
Fils d’un modeste chiffonnier, il grandit dans une famille pauvre.
Son enfance à la David Copperfield le pousse à chercher une vie meilleure, il dit lui-même « Je viens d’un milieu misérable, les conditions de vie de mes parents étaient abjectes. Quand on débute ainsi, au bas de l’échelle, on est forcé d’avancer. Et l’on a forcément toujours la rage ».
Depuis qu’il est petit, n’a qu’un seul rêve : devenir comédien. À la fin des années 1930, il intègre l’American Academy of Dramatic Arts de New York. Il y rencontre Betty Joan Berske qui devient plus tard la célèbre Lauren Bacall, ayant connu des années de vaches maigres ensemble, ils sont jusqu’au bout fidèles à leur amitié.

 

Naissance de Kirk Douglas

Puis, la Seconde Guerre mondiale éclate et il sert dans la Marine pendant trois ans. Au moment de prendre l’uniforme militaire, il change à nouveau son patronyme : il devient Kirk Douglas.
La paix revenue, il décroche de petits rôles avant de rencontrer enfin le succès en enfilant les gants d’un boxeur acharné dans Le Champion réalisé par Mark Robson en 1949. Son interprétation de Midge Kelly, qui exprime sur le ring toute sa rage, lui vaut sa première nomination aux Oscars. Hollywood lui ouvre alors ses portes.
Il enchaîne ainsi les rôles. Il tourne en tout dans une centaine de films, les meilleurs sont devenus des classiques : 20 000 lieues sous les mers (1954), Règlement de comptes à O.K. Corral (1957), Les Sentiers de la gloire (1957) de Stanley Kubrick, qu’il retrouve pour Spartacus (1960), péplum qui lui vaut une renommée internationale.

En dehors des plateaux, l’acteur considéré comme « le plus grand Casanova d’Hollywood » multiplie les conquêtes aussi célèbres que Rita Hayworth ou Marlene Dietrich. Il se marie deux fois : d’abord avec l’actrice Diana Dill en 1943 puis, après avoir eu deux fils (Michael et Joel), ils divorcent en 1951. Kirk Douglas se remarie alors en 1954 avec la productrice Anne Buydens, elle lui donne deux autres fils, Peter et Eric.

Kirk Douglas se décrit comme un « homme en colère ». Il dit lui-même que « la colère a été le moteur de ma vie, une colère immense contre l’injustice ». Acteur engagé et proche des démocrates, en pleine chasse aux sorcières maccarthyste, dans les années 1950, il engage Dalton Trumbo, scénariste figurant sur la « liste noire d’Hollywood ».

Avec son regard d’acier, sa mâchoire carrée et sa légendaire fossette au menton, Kirk Douglas a traversé le siècle et les genres à Hollywood. Mondialement connu, il est décoré, en 1990, de la Légion d’honneur, en France.

Sur le tard, il se met à l’écriture, il sort quelques romans. Puis il publie son autobiographie en quatre tomes, dont le premier opus s’intitule Le fils du chiffonnier (1988), il y raconte, avec pudeur, son enfance très pauvre. Il confesse également un grand regret dans le monde du cinéma : ne pas avoir décroché le rôle de Vol au-dessus d’un nid de coucou, le film de Milos Forman de 1975. « C’est une tragédie pour moi. C’est Nicholson qui l’a eu et il a eu un Oscar. Et moi je n’en ai pas… ». Trois fois en lice pour recevoir la statuette du meilleur acteur, Kirk Douglas finit toutefois par remporter, en 1996, un Oscar d’honneur récompensant l’ensemble de sa carrière

Presque immortel …

Victime de coups du sort, il réchappe plusieurs fois à la mort. En 1991, il a un accident d’hélicoptère, deux personnes meurent mais lui n’est que légèrement blessé. Puis, une attaque cérébrale en 1996 et une crise cardiaque en 2001 ont failli ensuite l’emporter. En 2018, il avait dignement fêté ses cent deux ans et on avait fini par le croire immortel …
Mercredi 5 février, son fils Michael a annoncé sur les réseaux sociaux la mort du dernier monstre sacré de l’âge d’or du cinéma américain. Kirk Douglas s’en est allé, laissant derrière lui une dynastie du cinéma.

Vibrants Hommages

Son fils Michael Douglas annonce sur Facebook la mort de son père, le discours est poignant :
« C’est avec une immense tristesse que mes frères et moi vous annonçons que Kirk Douglas nous a quittés aujourd’hui à l’âge de 103 ans. Pour le monde, il était une légende, un acteur de l’âge d’or du cinéma, (…) mais pour moi et mes frères, Joel et Peter, il était simplement papa. Pour Catherine, un formidable beau-père. Pour ses petits-enfants et arrière-petits-enfants, un grand-père aimant. Et pour sa femme Anne, un mari formidable.  » (…) Kirk a eu une belle vie et il laisse derrière lui des films pour les générations à venir, et le souvenir d’un philanthrope reconnu qui a œuvré pour le bien public et la paix dans le monde (…) Je vais conclure avec les mots que je lui ai dits lors de son dernier anniversaire et qui seront toujours vrais. Papa, je t’aime tellement et je suis si fier d’être ton fils ».

It is with tremendous sadness that my brothers and I announce that Kirk Douglas left us today at the age of 103. To the…

Publiée par Michael Douglas sur Mercredi 5 février 2020

De son côté, la femme de Michael Douglas, Catherine Zeta-Jones publie une photo d’elle et de son beau-père avec en légende : « À mon Kirk chéri, je vous aimerai pour le restant de mes jours. Vous me manquez déjà. Dormez bien… »

Parmi la foule d’anonyme qui lui rend hommage sur les réseaux sociaux, l’actrice Jamie Lee Curtis, la fille de Tony Curtis qui était le poète Antoninus dans Spartacus, poste sur Twitter :
« ‘Je t’aime Spartacus, comme le père que je n’ai jamais eu’ – Antoninus
J’ai eu un père et il t’a AIMÉ, comme le monde entier t’a aimé. Ta passion. Ton talent. Ton engagement. Ta famille. Ton art. Ta force. J’ai grandi avec les Douglas. Tout mon amour à Anne et à toute sa famille. ».

Via le magazine Hollywood Reporter, Steven Spielberg écrit, quant à lui que « Kirk a gardé son charisme de star de cinéma jusqu’à la fin de sa vie merveilleuse », il ajoute que ses « notes manuscrites, ses lettres et ses conseils paternels » vont lui manquer.

L’académie des Oscars lui rend également hommage avec une des citations de Kirk Douglas : 
« ‘J’ai voulu devenir acteur dès mon enfance, à l’école primaire. J’ai joué dans une pièce de théâtre, et ma mère m’avait cousu un tablier noir, et je jouais un cordonnier. Après ma représentation, mon père m’a remis mon premier Oscar : un cône de glace’ – Kirk Douglas
Au revoir à une légende d’Hollywood. ». Certains pensent même que la prochaine cérémonie des Oscars lui sera dédiée. Et le cas échéant, cela ne sera pas du goût de tout le monde car si beaucoup lui rendent, en effet, un hommage sincère, certains internautes préfèrent honorer la mémoire de Natalie Wood sur les réseaux sociaux. L’interprète Maria dans West Side Story aurait été violée par un « célèbre acteur », quand elle était adolescente. Retrouvée noyée à l’âge de 43 ans en 1981, elle n’a jamais révélé le nom de son agresseur mais l’obscur blog Crazy Day and Nights, connu pour déterrer de sombres secrets liés aux stars, a pourtant , dans un de ses articles en 2012, avancé celui de Kirk Douglas. Et bien que cette information soit sujette à caution, l’annonce du décès de l’acteur, dans le contexte actuel du mouvement #MeToo, fait resurgir ces doutes. Le voile ne pourra sans doute jamais être levé sur cette affaire : les deux protagonistes étant, aujourd’hui, morts emportant avec eux le fin mot de l’histoire. 

 

Visuel: © Affiche de Spartacus

3×2 places à gagner pour Dom Juan ou le Festin de pierre au Théâtre de la Cité
Linehan cède à la facilité à Faits d’Hiver
Hortense Milléquant

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *