Actu
Kirill Serebrennikov condamné au terme de son procès en Russie

Kirill Serebrennikov condamné au terme de son procès en Russie

28 juin 2020 | PAR Geoffrey Nabavian

S’il écope de trois ans de prison avec sursis, le réalisateur et metteur en scène de théâtre, acclamé à Cannes et à Avignon, n’échappe pas à l’amende et à l’interdiction de diriger tout organisme culturel.

Révélé sur le plan de la mise en scène de théâtre au Festival d’Avignon 2015, avec Les Idiots, adaptation du film de Lars von Trier, transposé dans la Russie actuelle, et très provocatrice – avec notamment des scènes traitant de corruption ou d’homophobie – puis confirmé avec son adaptation des Âmes mortes, et avec Outside (pièce distinguée en France en tant que Meilleur spectacle étranger, par les Prix du Syndicat de la Critique 2020), Kirill Serebrennikov a vu également ses talents de réalisateurs être salués au Festival de Cannes, d’abord avec Le Disciple, puis avec Leto, en Compétition pour la Palme d’or en 2018. Guère apprécié par le gouvernement russe de par les thèmes qu’il aborde, et la manière dont il les traite, entre autres, et déjà condamné entre 2017 et 2019 à une assignation à résidence, il a vu le verdict de son procès être rendu le 26 juin. Accusé de détournement de fonds quant à des subventions publiques, au cours de sa direction du Théâtre Centre Gogol à Moscou, il s’est vu infliger, par le tribunal Mechtchanski de Moscou, trois ans de prison avec sursis, ainsi qu’une amende de 800 000 roubles (10 000 euros environ), trois années de mise à l’épreuve, et une interdiction de diriger toute structure culturelle.

Au cours des trois années qu’aura duré le procès, Kirill Serebrennikov s’est toujours déclaré innocent, et ses partisans ont considéré cette affaire comme politique avant tout, et liée aux questions quant à la liberté d’expression en Russie, actuellement. La juge Olessya Mendeleïeva a estimé que « la réhabilitation de Serebrennikov [était] possible sans peine réelle » de prison. Trois personnes – ses adjoints dans ses activités théâtrales – à ses côtés sur le banc des accusés ont également été condamnées à de la prison avec sursis et à des amendes (dont une couverte par la prescription, pour l’une de ces accusées).

Le lundi précédent, le parquet avait demandé une peine de six ans fermes de prison contre Serebrennikov. Ce sont donc des applaudissements, émanant de quelques centaines de personnes rassemblées devant le tribunal, qui ont donc accueilli la sortie du réalisateur et metteur en scène. Celui-ci a déclaré qu’il allait faire appel – ainsi que ses coaccusés – et a salué ceux qui le soutiennent.

Le chant choral post COVID19 : « Nous avons déjà aplani bien des montagnes et il n’y a pas de raisons que nous n’arrivions pas à aplanir celles-ci. » (Interview croisée de Lionel Sow et Simon Halsey)
Christoph Wiesner prend la tête des Rencontres d’Arles
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale. Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub. Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival. CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *