Actu
Henning Mankell : Le maître du polar s’est éteint cette nuit

Henning Mankell : Le maître du polar s’est éteint cette nuit

05 octobre 2015 | PAR Kalindi Ramphul

L’auteur suédois, créateur du célébrissime inspecteur Wallander, s’est éteint dans la nuit du dimanche 4 au lundi 5 septembre 2015. Retour sur l’histoire d’un écrivain emblématique.

Henning Mankell était un illustre romancier et un dramaturge sublime. Auteur de best-seller écoulés à plusieurs millions d’exemplaires et traduits dans 35 langues, il était une figure incontournable de la littérature moderne. Henning Mankell souffrait d’un cancer qu’il avait évoqué pour la première fois en 2014, dans une interview au quotidien suédois Göteborgs-Posten, une maladie qui lui aura couté la vie.

L’auteur, qui vivait principalement entre la Suède, son pays natal, et le Mozambique, devait surtout sa renommée au personnage mythique de l’inspecteur Kurt Wallander, héro austère et quasi-désagréable qu’il avait créé en 1991. L’inspecteur était le protagoniste principal d’une longue série de romans policiers.

Henning Mankell n’était pas qu’un conteur formidable, il était également un artiste engagé, qui avait notamment exprimé son soutien à plusieurs flottilles humanitaires en partance pour Gaza. Profondément pro-palestinien, l’écrivain avait manifesté, à de nombreuses reprises, son engagement pour la cause palestinienne. Il s’était alors fait la voix d’une Suède révoltée contre la violence.

L’auteur avait peur de la mort, surtout de la sienne. Il s’était d’ailleurs exprimé à ce propos : « Ce qui m’inquiète parfois, c’est de rester mort aussi longtemps. Cela me semble assez pénible. Ce qui est idiot, évidemment, puisqu’ avec la mort, le temps et l’espace cessent d’exister. On n’est plus conscient de rien. Mais parfois j’y pense : comment supporter d’être mort pendant un million d’années…».

« Les mythes de la Seconde Guerre Mondiale », dirigé par Jean LOPEZ et Olivier WIEVIORKA, oubliez les « historiens » du PAF…
Banksy : Dismaland s’installe à Calais pour servir d’abris aux réfugiés
Kalindi Ramphul

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *