Actu

Décès de l’organiste de jazz Eddy Louiss

Décès de l’organiste de jazz Eddy Louiss

01 juillet 2015 | PAR Flora Vandenesch

Eddy Louiss est décédé mardi à Poitiers, à l’âge de 74 ans. L’organiste de jazz français, chanteur et pianiste accompagnait Claude Nougaro dans les années 1960 et 1970, complice du chanteur pendant plus de treize ans. Il a aussi joué aux côtés des jazzmen Stan Getz, Kenny Clarke, Henri Salvador, Richard Galliano et chanté avec le groupe musical les Double Six et sa fondatrice Mimi Perrin.

Les hommages pleuvent à l’annonce du décès d’Eddy Louiss. Sur twitter, on peut lire ces mots de Christine Taubira : « Eddy Louiss d’une île au monde, d’un style à tous, la virtuosité d’un son d’orgue vagabond et sublime ». La radio TSF Jazz lui rend également hommage en diffusant un concert de 1994 enregistré au Petit Journal Montparnasse en duo avec Michel Petrucciani. La ministre de la culture Fleur Pellerin a exprimé son soutien à sa famille et à tous ses admirateurs dans un communiqué de presse du 1er juillet, louant « la générosité et l’authentique sens du partage d’un musicien rayonnant qui a apporté sa fraîcheur à de nombreuses formations et artistes prestigieux. Son empreinte d’organiste est gravée dans les enregistrements de Claude Nougaro. »

En 2011, le festival Jazz Sous Les Pommiers avait accueilli l’organiste pour un concert phénomène, rassemblant cinquante musiciens sur scène tout en réalisant l’exploit de donner à chacun une place de soliste. En chef d’orchestre habile, Eddy Louiss avait déployé les cuivres, ensuite les cordes, puis la batterie et prouvé que les grands orchestres peuvent offrir des mélodies fines, calmes, sensibles. Un grand moment largement salué par les spectateurs aguerris et exigeants du festival. Eddy Louiss avait témoigné de son engagement et son attachement au jazz, dans le documentaire intitulé Blues, Blanc, Rouge, qui lui est dédié. On y voit et on y entend le musicien, jouant et improvisant à l’orgue, dans différents lieux et chez lui.

Visuel : CC

Vente pour une oeuvre du « trésor nazi » de Cornelius Gurlitt
La sélection cinéma de la semaine du 1er juillet
Flora Vandenesch

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *