Actu
Couvre-feu : Jean Castex reste ferme, pas de dérogation pour les spectateurs des cinémas et des théâtres

Couvre-feu : Jean Castex reste ferme, pas de dérogation pour les spectateurs des cinémas et des théâtres

16 octobre 2020 | PAR Eliaz Ait Seddik

Les demandes d’une dérogation pour les salles culturelles se sont multipliées depuis l’annonce d’un couvre-feu par le Président Emmanuel Macron, mercredi soir. Aujourd’hui, vendredi 16 octobre, le Premier ministre Jean Castex a fermé cette possibilité pour les spectateurs des théâtres et cinémas. 

« Les règles doivent être les mêmes pour tous ». Voilà, ce que le Premier Ministre a indiqué lors d’un point presse à Lille. Il faut dire qu’au sein même du gouvernement l’éventualité d’une dérogation pour le secteur de la culture faisait débat. Ainsi, Roselyne Bachelot, ministre de la Culture, avait elle-même, affirmé être favorable à un assouplissement des mesures du couvre-feu pour les salles de spectacles. Cette dernière a défendu hier dans les colonnes du Parisien, l’idée, indiquée dans notre article précédent, de billets servant d’attestations pour les spectateurs. D’ailleurs, cette proposition a été également appuyée par la Maire de Paris, Anne Hidalgo, qui a l’occasion d’une rencontre avec la ministre a réitéré sur Twitter son soutien à cet allégement du couvre-feu pour les salles de spectacles. De son côté, cependant, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie s’est opposé fermement à cette mesure, avançant ce matin sur France Info : « Ce qui fait la force d’une règle, c’est sa clarté et sa simplicité […] Si vous commencez à multiplier les exemptions, […] on ne va pas s’en sortir ». 

Mais, l’annonce de Jean Castex, durant sa visite à Lille, vient trancher le débat. Il ne semble plus y avoir de place pour le compromis. Ce dernier déclare compter sur le monde de la culture pour « s’adapter », tout en reconnaissant « les difficultés » auxquelles ce dernier est fortement confronté et en assurant : « nous déploierons tous les moyens pour amortir le choc ». Ces déclarations ne viennent certainement pas apaiser l’indignation des professionnels du spectacle. La SRF (Société des Réalisateurs de Films), entre autres, parle d’un « coup de poignard pour la culture », dans un article paru dans Le Film Français. Dans cette situation d’instabilité, certaines salles ont penché pour des reprogrammations en journée. Mais, la Fédération nationale des cinémas (FNCF) rappelle que les séances nocturnes « représentent plus de la moitié de leur public », tandis que Nicolas Dubourg, président du Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles (Syndeac) parle de « 80% du total des représentations de théâtre ». L’avenir, dans les prochains mois, des salles de spectacles, semble rester des plus inquiétant et incertain. 

Visuel : © Florian David / photo libre de droits /CC BY-SA 4.0

Dernières représentations du « Square » au Lucernaire
Le « Bal marionnettique », célébrer la joie pour repousser les ombres
Eliaz Ait Seddik

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *