Actu

AGENDA DES SOIRÉES DU WEEK END DU 23 FÉVRIER

AGENDA DES SOIRÉES DU WEEK END DU 23 FÉVRIER

23 février 2018 | PAR Mariama Darame

Nouveauté, nouveauté ! Ce week-end est placé sous le signe de la découverte : de l’Opéra Bastille au Centre Pompidou en passant par la salle du Concrete, les expositions se renouvellent, les scènes font peau neuve et les artistes audacieux sont au rendez-vous ! Une sélection pour ouvrir grand les yeux et les oreilles ! Bon week-end !

Béjart et Millepied à l’Opéra Bastille

L’affiche fait saliver. Dès ce soir, l’Opéra Bastille fait place à l’illustre compositeur Maurice Ravel. À la manœuvre deux chorégraphes qu’on ne présente plus : Maurice Béjart et Benjamin Millepied. Le premier remet au gout du jour sonBolérode Ravel avec non pas un, mais trois danseurs pour incarner le rôle du soliste : Amandine Albisson, Marie-Agnès Gillot et Mathias Heymann. Le second, renoue avec  Daphnis et Chloé  dans un décor conçu par Daniel Buren. L’amour et la séduction sont les maitres mots de ces deux ballets déjà incontournables. Courez !
Informations pratiques 

Soirée découverte au Concrete

Demain soir, près de la Gare de Lyon, se produit un des artistes prometteurs de la scène électro. Signé, sur le label Trip, Bjarki, de son nom de scène, s’est déjà fait remarqué avec son hit techno I wanna go bang  en 2015. Récemment, il a transformé l’essai avec son album This 5321 , idéal pour lancer ou conclure un set. Au-delà de la découverte, cette soirée au Concrete fournit une preuve de la montée en puissance de cet artiste plus que prometteur.

Informations pratiques

David Goldblatt au Centre Pompidou

Pour continuer sur notre lancée, le Centre Pompidou inaugure un nouveau cycle d’expositions avec une rétrospective dédiée au photographe sud-africain, David Goldblatt. Une immersion au cœur de l’œuvre engagée de l’artiste qui a sillonné durant près de 70 ans son pays natal. Riche de ses expériences, ses photographies sont des témoignages précieux des réalités complexes de la nation arc-en-ciel. Un regard empreint de véracité sur ce qui fait société… À voir absolument !

Informations pratiques

La Maison Rouge ne lâche rien

Les derniers moments sont souvent les plus moroses … Mais pas pour la Maison Rouge qui présente dès aujourd’hui son nouveau programme. Alors que sa fermeture est annoncée pour la fin de l’année, deux expositions et une installation viennent composer le nouveau cadre de l’institution d’art contemporain. Deborah Neff et ses Black dolls, comprenez 200 poupées noires créées dès le XIXème siècle par des afro-américaines éveilleront la curiosité de beaucoup. Artiste rom, Ceija Stojka, raconte son expérience dramatique des camps de la mort travers d’œuvres graphiques et poignantes. Cerise sur le gâteau : il sera possible de visiter dans le patio, la « demeure » de Lionel Sabatté, installation vertigineuse en ciment et tiges de fer.

Informations pratiques 

Une nuit avec Guillermo Del Toro

Le très attendu The Shape of Water de Guillermo Del Toro vient de sortir dans les salles et voilà que le cinéma Max Linder dédie sa première nuit de l’année au réalisateur mexicain. Au programme : trois films et autant de différentes facettes de l’œuvre cinématographique du chouchou des oscars. Ainsi, profitez-en pour découvrir ou redécouvrir le Labyrinth de Pan,Hellboy et l’Echine du Diable. En prime ? De nombreux bonus, du café à volonté et le petit déjeuner offert !

Informations pratiques 

Au Lam, la danse se mêle à l’art

Le musée d’art moderne de Lille consacre une rétrospective à un artiste français d’origine hongroise, Nicolas Schöffer. Si son nom ne vous dit rien aujourd’hui, l’artiste fut la figure de proue de l’art cybernétique, avec ses œuvres multidimensionnelles faisant écho aux avancées techniques de notre monde. Demain, cette exposition exceptionnelle prendra une toute autre envergure avec la participation de la danseuse Carolyn Carson qui avait déjà collaboré avec l’artiste de son vivant. Une après-midi pour mieux comprendre la portée de l’œuvre de ce précurseur.

Informations pratiques 

Mademoiselle Julie d’August Strindberg au Poche Montparnasse
La griffe Lanvin entre espoir et désarroi
Mariama Darame

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *