Lyon : un air de barbe à papa flotte sur la ville

12 septembre 2016 Par Pulcherry Von Ober | 0 commentaires

A Lyon, le plus grand parc de miniatures animées de France a ouvert ses portes cet été. Ainsi sur 2500 M2 se trouvent les univers de la fête foraine, de la ville, de la campagne, des stations de ski sans oublier leurs parfums. En effet, le marketing olfactif utilisé hier pour diffuser des odeurs de croissant a bien évolué et, est devenu aujourd’hui incontournable.  
Rencontre avec Stephane ARFI, le créateur de la société EMOSENS qui a signé les parfums pour Mini-World.

ARFIComment définiriez-vous aujourd’hui le marketing olfactif ? Quel est la spécificité de l’odorat par rapport aux autres sens ?
Le marketing olfactif est une activité en plein développement depuis 2 ou 3 ans. C’est une activité qui se démocratise. En effet, on a compris l’intérêt d’une ambiance olfactive. N’oublions pas que l’odorat est le premier sens développé, un sens qui reste longtemps en mémoire…Nous sommes obligés de respirer pour vivre, alors que nous pouvons manquer une image, ou ne pas écouter tous les bruits.  Et respirer des odeurs génère des émotions.

Pourquoi vous êtes-vous orienté vers le marketing olfactif ?
J’ai toujours accordé de l’importance au parfum. Personnellement, les parfums de niche savent me charmer. Cependant, dans le cadre de mon travail, je me rends aussi régulièrement dans les chaînes de vente de parfums, cosmétiques…J’ai besoin de connaître ce qui se fait en matière de nouveautés.
Et puis, le pouvoir du parfum m’a toujours fasciné.  Tenez, je vous donne un exemple : je travaille pour des cabinets dentaires. Nous avons remarqué qu’en diffusant du parfum à base de fleur d’oranger, les patients sont moins tendus.

 Quel est le processus de création d’un parfum ?
Le parfum est la signature olfactive de l’entreprise, aussi, il doit être à son image.  D’abord nous étudions l’histoire de la société, son logo, ses couleurs, pour les hôtels, leur catégorie ,  architecture, design…Tout absolument  est étudié avant la création du parfum, car n’oublions pas, un parfum peut changer l’image d’un lieu.

Existe-t-il des tendances dans le marketing olfactif ?
Oui, par exemple en ce moment le OUD est la tendance. Ensuite, il est travaillé différemment selon les nez.

Où sont élaborés vos parfums ?
Nous travaillons avec des parfumeurs à Grasse. Nous recevons également tous les jours des propositions de parfums. En effet, selon les budgets des clients soit nous proposons des créations sur mesure, soit nous suggérons un parfum de notre collection.

Vous avez créé des univers olfactifs pour le nouveau parc d’attraction à Lyon Mini-World. Qu’apportent  ces créations au parc ?
Le parfum enveloppe, le visiteur se sent ainsi totalement immergé dans les univers du parc, et bien sûr, nous veillons à ce que son bien-être soit présent.

MINI WORLDPourquoi avoir choisi la barbe à papa comme odeur pour illustrer la ville ?
Tout simplement parce que lorsqu’on entre dans l’univers de la ville, la fête foraine est le premier événement que l’on voit.  Et qu’est ce qui évoque le plus la fête foraine… si ce n’est que la délicieuse odeur de barbe à papa ?

Travaillez-vous avec des experts en psychologie sociale, sociologue ?
Non.

A force de parfumer partout, ne cause-t-on pas une saturation du nez ?
Non, car les parfums sont tous différents.

Cela ne présente-t-il pas des dangers pour la santé ? En effet, quels sont les produits que vous utilisez pour créer des odeurs ? D’ailleurs, avez-vous été sollicité pour élaborer des odeurs en hôpital ou encore en clinique, pourquoi ?
Il est important de savoir que chaque parfum répond aux normes IFRA (International Fragrance Association,  l’organe officiel international représentatif  de l’industrie de la parfumerie) et lorsque nous créons des parfums pour des entreprises, le CHSCT est toujours consulté.

Les particuliers peuvent-il bénéficier de vos parfums ?
Oui, bien sûr, nous assurons des parfums d’ambiance pour des particuliers qui nous le demande.

Que pensez-vous des nez électroniques ? Les utilisez-vous et pourquoi ?
Je ne les utilise pas car les émotions sont essentielles dans mon métier…Et les nez électroniques en sont dépourvus !

Pensez-vous que demain, grâce à des techniques de prédiction utile conjuguées à des techniques olfactives pointues, on peut agir sur la consommation des personnes en NEZl’organisant ?
Manipuler la consommation…peut-être pas. En revanche, nous avons des demandes pour les parkings, les femmes sont plus rassurées lorsqu’un parfum est diffusé, mais également pour des moyens de transports, les scientifiques ayant démontré que le parfum permet de diminuer la fraude, qu’il agit sur les incivilités.

Le parfum d’ambiance est devenu un incontournable « accessoire » de notre société aujourd’hui. Hôtels, galeries d’art, boutiques, centres commerciaux, centre de soins…font appel à ses « vertus ».  Ce créateur d’émotions sait enjouer, apaiser, euphoriser mais également marquer les esprits,  les mémoires.  Il enveloppe les corps, les accompagne dans l’appréhension de leur environnement mais ne sait pas encore aujourd’hui les manipuler.  Ouf ! On peut respirer…

 

 

 

 

 


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: