[Live report] Balkan Beat Box au festival Jazz’n Klezmer : des cuivres puissants et une première partie chaleureuse

24 novembre 2016 Par
Ophelie Masson
| 0 commentaires

C’est au New Morning que les Balkan Beat Box ont donné rendez-vous à leurs fans indéfectibles, pour leur concert parisien donné dans le cadre du festival Jazz’n Klezmer. On y était, on vous raconte.

Mika Hary en première partie : une voix sensuelle et un accompagnement à la flûte exceptionnel

La chanteuse Mika Hary était l’invitée des Balkan Beat Box en première partie. « Quand ma production m’a demandé où je voulais présenter mon nouvel album en premier, j’ai répondu Paris sans hésiter ». Sa voix sensuelle alterne alors chansons en anglais et en hébreu pour un résultat très réussi. Le style est lui plus constant. Quelques chansons rythmées, mais l’essentiel sont des morceaux doux, presque susurrés, qui donnent envie de se balancer lentement d’un pied sur l’autre en repensant à son premier amour.
Entourée de cinq musiciens, c’est la flûtiste que l’on remarque tout de suite aux côtés de Mika Hary. Un accompagnement remarqué par le public, à s’en fier à l’applaudimètre.
Cette énergie musicale est d’ailleurs présente tout au long du festival, déjà à son ouverture lors de la soirée « Bollywood Klezmer ».

Les Balkan Beat Box toujours dans le game

Les Balkans Beat Box, originaires de New-York et de Tel-Aviv, étaient venus entre autre présenter leur nouvel album Shout it out, décrit sur leur site comme « un cocktail Molotov ». Le percussionniste et producteur explique : « on est connus pour être le groupe qui crie ce qui nous emmerde, mais cette fois on a se tourner davantage vers notre intérieur, et faire quelque chose de plus personnel. Dans cet album nous révélons qui nous sommes en tant que personnes et ce qu’il se passe dans nos vies personnelles ».
La performance délivrée lors de cette soirée du festival Jazz’n Klezmer était dominée par les cuivres, enrichis d’un invité surprise trompettiste, ami du groupe.
Les sons électroniques n’étaient certes pas en reste au clavier, mais mois présents que l’instru traditionnelle.
Le chanteur, Tomer Yosef, n’a pas hésité à mouiller le t-shirt (dès la deuxième chanson) et était encore et toujours plein d’une énergie follement communicative avec ses textes engagés pour la paix au Proche-Orient.
Le groupe est à n’en pas douter toujours présent et actuel, et ça fait plus de dix ans que ça dure.

Le festival Jazz’n Klezmer, késako ?
Le klezmer est une tradition musicale juive ashkénaze, avec donc comme langue de prédilection le yiddish.
Le festival Jazz’n Klezmer est soutenu par le Centre d’Art et de Culture, le plus grand centre culturel juif d’Europe. Depuis sa création il a notamment monté des pièces du répertoire français et aide aussi à la création en favorisant les jeunes auteurs de toutes les cultures. Le festival représente la découverte et la diffusion du renouveau du Klezmer en Europe.
Le festival se déroule jusqu’au 1er décembre. Toute la programmation ici.

Visuel: © Jazz’n Klezmer


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *