L’agenda cinéma de la semaine du 29 août

29 août 2018 Par
Antonin Gratien
| 0 commentaires

Alors que la rentrée approche, il fait bon de s’accorder quelques heures de rêve dans les salles obscures. Pour voir ce qui ce fait de meilleur parmi les sorties hebdomadaires, voici notre agenda des sorties ciné avec, entre autres, un thriller psychologique sud-coréen, une réflexion sur le genre, et la poésie d’une équipée infantile !

Reine d’un été de Joya Thome

Lorsque les grandes vacances s’annoncent, Léa, 10 ans, refuse de partir en colonie. La raison ? Un peu marginale, elle ne partage guère les goûts et intérêts des filles de son âge. Alors qu’elle coule des jours paisibles avec sa famille, elle découvre un bateau de fortune près de la rive avoisinante. L’embarcation se révèle appartenir à un groupe de jeunes garçons qui refuse au premier abord d’accueillir Léa parmi les leurs – les filles seraient trop timorées, trop peureuses. Débute une série d’épreuves initiatiques plus ou moins farfelues dont elle devra sortir victorieuse pour faire la démonstration de son courage, et ainsi rejoindre le clan.

Lire notre critique du film ici

22 Miles de Peter Berg

Les Etats-Unis sont en danger (encore), et c’est à James Silva, agent d’élite des renseignements américains ici interprété par Mark Wahlberg, d’en assurer la sécurité. En mission au cœur de l’Indonésie, il devra exfiltrer un policier local détenteur d’informations primordiales. 22 miles séparent James et son équipe de leur avion de retour. Pour parvenir à leur but, ils devront survivre aux assassins, aux attaques à main armée, et aux explosions à répétition.

Il ou elle de Anahita Ghazvinizadeh

Pour son cinquième film, la réalisatrice iranienne Anahita Ghazvinizadeh met en scène le trouble du genre. J, 14 ans, n’est pas encore décidé. Sous traitement thérapeutique destiné à retarder les effets décisifs de la puberté, J doit bientôt faire un choix. Fille ou garçon, comment décider ? C’est peut-être à l’occasion du départ de ses parents pour un week-end que la solution adviendra.

Burning de Lee Chang-Dong

En habitué des scénarios intimistes et torturés, le réalisateur sud-coréen signe avec Burning un thriller psychologique haletant. Alors que Jongsu réalise une livraison, il croise le chemin de son ancienne voisine, Haemi. Il tombe sous son charme à l’instant même. Quelque temps plus tard, Haemi lui présente un nouvel ami, Ben (interprété par Steven Yeun, The Walking Dead), rencontré à l’occasion d’un voyage en Afrique. Alors qu’un étrange triangle amoureux s’instaure, Ben révèle à Jongsu ses penchants pyromanes, et Haemi disparaît subitement. L’amant éploré devra découvrir la vérité par ses propres moyens, aussi terrible soit-elle.

Lire notre critique du film ici.

Sauvage de Camille Vidal-Naquet

Pour son premier film, Camille Vidal-Naquet fait le choix du drame urbain, celui de Léo, un homosexuel prostitué à vau-l’eau. Après 120 battements par minute, on retrouve avec grand plaisir Félix Maritaud dans ce rôle poignant qui lui a valu le Valois du meilleur interprète masculin au dernier festival francophone du film d’Angoulême. Entre drogues, amours, et indifférences, le personnage de Léo nous entraîne dans un monde méconnu ici traité avec un sérieux quasi-documentaire.

Lire notre critique du film ici

Visuels : © bandes-annonces officielles