Cindy Sherman capture les clichés de la société contemporaine au Musée Weserburg de Brême

20 août 2018 Par
Alexia Blick
| 0 commentaires

Si vous n’avez pas peur d’être bouleversés, l’exposition consacrée à la photographe Cindy Sherman va sans doute vous convaincre. Un voyage dans la carrière énigmatique d’une artiste engagée, à découvrir au Musée Weserburg de Brême (Allemagne), jusqu’au 24 février 2019. 

_dsc5710

C’est au milieu des collections surprenantes et éclectiques du musée d’art moderne de la ville de Brême (Allemagne) que se tient l’exposition Cindy Sherman, dédiée à ses oeuvres aussi marquantes qu’enrichissantes. Soixante photographies tirées de la collection Thomas Olbritcht, qui retracent les différents travaux de la photographe contemporaine, autour de la même idée, celle de dénoncer la société capitaliste. Les déguisements et maquillages outrageux transforment l’artiste en un cliché de la femme américaine. Celle qui se questionne sur sa place dans un univers moderne où il faut sans cesse porter un masque. Celle qui combat ses peurs, ses fantasmes face à la réalité d’une monde brut. Une volonté de choquer, qui plus qu’un art, pose des vraies questions sociales et sociétales. 

La femme comme allégorie de l’Amérique 

Premiere conception artistique de Cindy Sherman, « Untitled Film Stills » reprend sous forme de clichés les codes des séries B et de la parfaite ménagère des années 60’. Des photographies soft, en noir et blanc mais qui percutent au premier coup d’oeil. Témoignage de son évolution, la collection « Disasters » immerge en quelques secondes dans un monde angoissant voire étouffant, caractérisé par des couleurs prononcées. Toujours dans le même univers « History Portraits/Old Masters » transforment d’iconiques tableaux en photographies où les stéréotypes sont plus qu’exacerbés. Tout cela, dans le but de montrer que l’apparat peut avoir une influence sur l’attitude d’une femme. Cindy Sherman s’inspire des oeuvres de la renaissance italienne dont celles de Sandro Boticelli, qui ont pour objet le corps et la beauté féminine, mais également les problématiques liées à la position controversée, des femmes dans la société. Une manière de réinventer l’art pour pointer du doigt la représentation des artistes, du genre féminin. Plus fou encore, l’artiste se révèle avec « Sex Pictures », peut être l’une des parties les plus déstabilisantes de cette exposition. Des poupées de plastiques démembrées qui renvoient au concept de femme objet. Des clichés forts, où l’on retrouve ses éléments de déguisement mais cette fois, à travers le prisme de la sexualité. Dernière création de Cindy Sherman, « Clowns » vient clore cette ensemble d’images intenses. Un peu comme pour fermer la porte à une civilisation qui ne cesse d’user de faux semblant pour perdurer. 

Plus d’informations : http://www.weserburg.de

Visuels : © Alexia Blick