Mohammed Ali, figure inoubliable

7 juin 2016 Par Florence Prunier | 0 commentaires

Mort le 3 juin 2016 à l’âge de 74 ans, Mohamed Ali est d’abord connu comme champion de boxe puis, grâce à sa notoriété, se fait entendre sur le plan politique et social. Retour sur une figure marquante de l’histoire américaine et ce qu’il a laissé.

Mappelle-Mohamed-Ali1

A sa mort, Barack Obama a salué un homme “qui a secoué le monde et s’est battu pour ce qui était juste”. « Il a été aux côtés de (Martin Luther) King et (Nelson) Mandela, il s’est élevé quand c’était difficile, il a parlé quand d’autres ne le faisaient pas » a-t-il poursuivi. Lors de la célébration du 10 juin, Bill Clinton a fait son éloge funèbre. Sur twitter, les sportifs ont largement exprimé leur condoléances. Bob Dylan a souligné son courage, sa gentillesse, « il était vraiment le meilleur » a-t-il écrit. De son côté, John Legend s’est inspiré du boxeur pour présenter sa chanson “The Greatest Love of All” aux Guys Choice Awards.

Sa notoriété s’ancrait déjà de son vivant grâce au film hommage Ali de Michael Mann en 2001 et de nombreuses pièces de théâtre, comme celle présentée au Festival d’Avignon en 2014. Will Smith et Syvester Stallone, qui ont tous les deux interprété des boxeurs à l’écran, se sont aussi empressés de lui rendre hommage.

Connu dès l’âge de 18 ans pour avoir remporté la médaille d’or aux Jeux Olympiques de 1960 à Rome, il se fait remarquer par son refus de participer à la guerre du Viêtnam en 1967. En effet, selon lui, « les Vietcongs sont des Asiatiques noirs » et « Aucun Vietnamien ne m’a jamais traité de nègre ». Son combat contre le racisme et la ségrégation se double d’une revendication de la religion islamique, pour laquelle il se convertit en 1975. Sa proximité avec les leaders de la Nation of Islam, comme Elijah Muhammad et de Malcolm X à un moment où l’opinion américaine les considère avec méfiance, font de Mohammed Ali une personnalité controversée.

En 1976, le champion de boxe publie son autobiographie, intitulée par le nom qu’il s’attribuait, Le Plus Grand. On y découvre une personnalité sensible, réfléchie, derrière un masque provocateur. Gagnant le respect dans le monde entier, il est envoyé en 1980 dans les pays africains par le président Jimmy Carter pour convaincre ceux-ci de boycotter les Jeux Olympiques de Moscou, dans le contexte de la Guerre froide. A partir de 1984, il apprend être atteint de la maladie de Parkinson ; il consacre alors le reste de sa vie à diffuser un message de paix.

Visuel: affiche de M’appelle Mohamed Ali © Olivier Wiame


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: