Actu
Elisabeth Borne nommée Première Ministre

Elisabeth Borne nommée Première Ministre

17 mai 2022 | PAR Zoe Grandjacques

Elisabeth Borne a été nommée hier comme Première Ministre. C’est la deuxième femme à accéder à ce poste, après Edith Cresson. Mais la singularité de l’événement semble bien plus résider dans cet aspect historique que politique. Bien qu’Emmanuel Macron avait voulu commencer son second mandat sous le signe de la nouveauté, le président du parti LR, Christian Jacob, ironise « on repart avec les mêmes ». 

« Une bête de travail incroyable »

Elisabeth Borne naît dans le 15e arrondissement en 1961. Sa mère, Marguerite Lecesne et son père Joseph Borne, né Bornstein, dirigent un laboratoire pharmaceutique. Joseph, juif d’origine polonaise et résistant pendant la guerre, est déporté en 1944 à Auschwitz avec son père et ses deux autres frères. En 1972, il se suicide alors qu’Elisabeth n’a que 11 ans. Elle devient, à la suite de cet événement, pupille de la nation. 

Du secondaire aux classes préparatoires, elle est scolarisée dans le prestigieux lycée, Janson de Sailly.  Elle intègre ensuite la promotion de 1981 de Polytechnique dans le corps des ponts et chaussées. À l’issue de ses études, elle est promue ingénieur en chef en 1998, au sein du corps des ponts et chaussées, puis ingénieur général en 2007. Elle devient présidente de la RATP entre 2015 et 2017.

Elle passe par la politique dès 1990 comme conseillère au ministère de l’éducation nationale auprès de Lionel Jospin, puis de Jack Lang.  En 2013, elle est la première femme à occuper le poste de Préfète de la Vienne et de la région Poitou Charentes. Elle revient ensuite vers l’Elysée comme directrice de cabinet de Ségolène Royal au Ministère de l’écologie en 2014 et 2015. Elle s’éloigne du PS en rejoignant LREM en mai 2017, dans la fonction de ministre des transports, en 2019 comme ministre de la transition écologique et en 2020 comme ministre du travail. À son sujet, Anne Hidalgo la décrit en 2015 dans Libération comme « une bête de travail incroyable ». 

Un choix qui ne fait pas l’unanimité 

Emmanuel Macron s’est donc tourné vers une personnalité expérimentée, travailleuse, en capacité d’incarner « la question sociale, environnementale et productive ». Aussi, la nomination d’une femme fait de cet événement un moment symbolique. Elle le souligne lors de la passation avec Jean Castex en dédiant, après avoir évoqué Edith Cresson, ce moment « à toutes les petites filles, en leur disant : allez au bout de vos rêves ». 

Cependant, ce n’est pas un choix politique qui ravit tous les bords. Bien qu’issue de la gauche, la nouvelle Première Ministre, connue pour avoir ouvert la concurrence à la SNCF, baissé l’allocation chômage, reporté la fin du nucléaire, ne fait pas l’unanimité. Elle devra s’atteler à la réforme des retraites, alors qu’elle affirmait qu’ « On ne peut pas avoir un système de protection sociale plus généreux que nos voisins en travaillant moins longtemps ». Elle est aussi attendue sur le sujet de l’écologie sous l’œil dubitatif de Greenpeace France et d’Europe Ecologie Les Verts qui déclarent dans un communiqué qu’elle « partage avec d’autres la responsabilité de ces cinq ans perdus pour le climat ». 

 

Ivo van Hove prend la direction de la Ruhrtriennale
Cannes 2022, Ouverture : « Coupez ! », les zombies de Michel Hazanavicius meilleurs guides de cinéma
Zoe Grandjacques

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture