Voyage

La Coupole d’Helfaut, un lieu à découvrir né de la rencontre de la science et de l’Histoire !

La Coupole d’Helfaut, un lieu à découvrir né de la rencontre de la science et de l’Histoire !

29 septembre 2016 | PAR Magali Sautreuil

Située dans la région des Hauts-de-France, non loin de Saint-Omer et des frontières anglaise, belge, luxembourgeoise et allemande, la Coupole d’Helfaut constitue parmi les plus importants vestiges de la Seconde Guerre Mondiale (1939-1945). Ce gigantesque bunker nazi a de quoi vous impressionner non seulement par son ampleur, mais aussi par le poids de son histoire et par sa destination finale.

Cet édifice imposant de 71 mètres de diamètre, constitué de près de 55000 tonnes de béton armé, a été construit en seulement 10 mois, entre octobre 1943 et juillet 1944. Le dôme, d’où tire son nom le site, se dressait autrefois au milieu d’un paysage lunaire, totalement dévasté par les bombardements. Aujourd’hui, la nature a repris ses droits et lui confère un certain aspect mystérieux. Mais ce dôme n’est que la partie émergée de l’iceberg. En effet, ce dernier abrite en son sein près de 7 kms de galeries souterraines creusées dans la craie, craie qui facilita l’avancée rapide des travaux. Cependant, vous ne pourrez pas les découvrir dans leur totalité, à moins de suivre une visite guidée des « zones interdites » et de vous munir de vos bonnes vieilles bottes en caoutchouc.

Mais malgré la rapidité d’exécution des travaux, ce chantier n’a jamais pu être achevé. Il s’en est fallu de peu pour que l’Histoire de la Seconde Guerre Mondiale prenne une tournure totalement différente. La Coupole est en effet une des plus effrayantes bases militaires nazies, puisqu’elle était destinée au lancement de missiles V2 depuis la France pour détruire Londres. Une fois lancée, ces missiles, que rien n’aurait pu stopper, auraient été capables d’atteindre le centre-ville londonien en moins de cinq minutes. C’est pourquoi, Churchill, le premier ministre anglais, à la découverte de ce lieu quasi opérationnel, a décidé d’en condamner les issues de crainte que les soviétiques ne s’en emparent.

Vous pourrez admirer un de ces V2 en vous faufilant dans les méandres des souterrains et en montant 42 m plus haut. Vous aurez l’impression d’être James Bond dans « Golden Eyes ». Votre mission, si vous l’acceptez, sera d’infiltrer la base secrète allemande.

Une fois en haut, vous pourrez découvrir le centre d’histoire. Après un film d’une vingtaine de minutes, deux parcours de visite s’offriront à vous. L’un nous amène à la rencontre des Français, de leur vie quotidienne dans le Nord de la France sous l’Occupation allemande. Vous pourrez notamment lire la lettre poignante, pleine d’espoir d’un jeune instituteur qui pourtant était conscient qu’il allait mourir trois plus tard sous les bombardements. L’autre nous invite à découvrir un homme, Werner von Braun, fils du baron von Braun né le 23 mars 1912, inventeur d’armes meurtrières construites avec le sang des déportés du camp de Dora, qui a tourné casaque après la guerre pour devenir le chef du programme spatial des États-Unis d’Amérique. La vie de ce scientifique nous interpelle : Jusqu’où un Homme est prêt à aller pour parvenir à ses fins ? Jusqu’à quel point était-il prêt à renier ses valeurs ?

Chacun de ces parcours de visite se termine sur une faille, une zone rouge qui peut être contournée si vous le souhaitez. Ces failles mettent en exergue l’horreur qu’ont vécue les déportés de Dora. C’est pourquoi, l’environnement est plus confiné et les murs peints en rouge.

La Coupole fut certes un lieu de souffrance, mais aujourd’hui, elle est devenue un lieu de mémoire et de recueillement. Depuis 1997, elle recueille les témoignages des survivants du camp de Dora, des personnes qui ont œuvré sur le chantier de la Coupole, mais aussi, plus largement, des habitants du Nord de la France qui ont connu l’Occupation. Vous pourrez consulter ces témoignages au centre de documentation, près du planétarium. Un dictionnaire biographique comprenant environ 9000 fiches devraient paraître d’ici 2020.

Ce planétarium est relativement récent par rapport au centre historique, qui lui a été inauguré en 1997, puisqu’il date de 2012. Il offre aux visiteurs un éclairage complémentaire sur la conquête spatiale, ainsi qu’une virée dans l’espace. Il s’agit d’un des rares planétariums 3D en France. Il bénéficie d’une surface de projection de 350 m2, de 6 vidéoprojecteurs diffusant 60 images par seconde en très haute résolution et de 139 places inclinées à 15° pour permettre aux spectateurs de profiter pleinement de leur immersion dans l’espace.

Le planétarium attire un public plus jeune et plus familial que celui du centre historique. L’équipe de la Coupole est donc en train d’élaborer un système d’audioguidage pour permettre aux enfants de partir à la découverte de l’histoire du lieu. Pour l’instant, des audioguides sont disponibles pour le public adulte en français, en anglais, en allemand et en néerlandais.

La Coupole est paradoxalement un lieu très vivant à vocation éducative, pédagogique et mémorielle qui fourmille d’animations. Vous pourrez même vous initier à l’astronomie ! Partenaire de l’association française d’astronomie (AFA), il s’agit de la deuxième école d’astronomie en France après Vaulx-en-Velin.

Mordus d’Histoire, férus d’astronomie, scientifiques en herbe ou confirmés, venez découvrir la Coupole d’Helfaut et profiter des richesses de la ville de Saint-Omer ! Si vous désirez connaître leur programmation plus en détail, rendez-vous sur leur site Internet

 Visuel : DR

« Les Parisiens » d’Olivier Py : exigeant et formidable
La Coursive de La Rochelle: L’envol de Jackie Marchand
Magali Sautreuil
Formée à l'École du Louvre, j'éprouve un amour sans bornes pour le patrimoine culturel. Curieuse de nature et véritable "touche-à-tout", je suis une passionnée qui aimerait embrasser toutes les sphères de la connaissance et toutes les facettes de la Culture. Malgré mon hyperactivité, je n'aurais jamais assez d'une vie pour tout connaître, mais je souhaite néanmoins partager mes découvertes avec vous !

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *